Séminaire de la Règle du Jeu "Qui a peur de l'Allemagne ?"

allemagne-bandeauLa Règle du jeu vous invite à un séminaire

ce dimanche 20 janvier 2013, à 11 heures sur le thème :

Qui a peur de l’Allemagne ?


Depuis toujours, l’Allemagne a intrigué, captivé et (parfois) inquiété les Français. Privilège de l’(ex) « ennemi héréditaire » ? Sans doute, mais pas seulement. Force est de l’admettre : au lendemain de la Révolution française, la rivalité franco-allemande était idéologique. Emiettée en une myriade de principautés, l’Allemagne incarnait un pôle de résistance régressif à l’ « universalisme » des Lumières, et le poète Heinrich Heine, esprit éclairé au pays de la Contre-Révolution, s’alarmait :

« Quand vous entendrez un craquement comme jamais craquement ne s’est fait entendre dans l’histoire du monde, sachez que le tonnerre allemand aura enfin touché le but. À ce bruit,les aigles tomberont morts du haut des airs, et les lions,dans les déserts les plus reculés de l’Afrique, baisseront la queue et se glisseront dans leurs antres royaux (…)Je vous conseille, Français, tenez-vous alors fort tranquille,et surtout gardez-vous d’applaudir ! »

Deux siècles après, c’est l’inverse : si de nombreux Français craignent l’Allemagne, c’est pour des raisons diamétralement opposées à celles qui fondaient, en 1813, la méfiance des rationalistes et des esprits kantiens. Pour de nombreux habitants de l’Hexagone, l’Allemagne apparaît menaçante car elle est moderne, dynamique, trop adaptée à l’économie concurrentielle mondialisée, et infiniment moins dépensière que son partenaire français. D’où la force des crispations souverainistes, d’un bord à l’autre du spectre politique.

Comment, à l’heure de la « révolution hyper-industrielle » que Christian Saint-Etienne analyse dans son nouveau livre, sortir de cette nouvelle « crise allemande » de la pensée française ? Comment renouer avec l’optimisme des Pères de l’Europe carolingienne, cinquante ans jour pour jour après la signature du Traité de l’Elysée ? Comment réinventer la confiance entre la France et l’Allemagne ? Angela Merkel et François Hollande seront-ils les pionniers de cette réinvention ? La « Françallemagne », réclamée par certains, est-elle la solution ? Ou est-ce la « France européenne » dont parle Alexandre Adler ? C’est l’une des multiples questions que vous pourrez poser ce dimanche, à nos invités, tous excellents connaisseurs des réalités allemandes.

Venez nombreux !

Alexis Lacroix

Avec :
Alexandre Adler, éditorialiste au Figaro et à Europe 1, historien, auteur de La France européenne (Plon),
Christian Saint-Etienne, économiste, professeur d’économie industrielle au Conservatoire national des arts et métiers, auteur de France, état d’urgence (Odile Jacob),
Georges-Arthur Goldschmidt, germaniste et traducteur, auteur de Celui qu’on cherche habite juste à côté (Verdier),
philosophe, philologue, directeur d’études émérite à l’Ehess et ancien directeur de collection aux éditions du Cerf, auteur de Penser entre les langues (Albin Michel)

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Au cinéma Saint-Germain-des-Prés,
22 rue Guillaume-Apollinaire
75006 Paris
Paris 6ème.
Métro : Saint-Germain-des-Prés
Renseignements ou inscription à la newsletter : redaction@laregledujeu.org
Avec le soutien de Pierre Bergé et de la Fondation André Lévy


Tags : , , , , , , , , , , ,

Classés dans :,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>