Que signifie vraiment le mot peuple ? par Bernard-Henri Lévy (Le Point, le 19 avril 2017)

le peuple
L’IntelloPol #7 : « Peuple » par Bernard-Henry Lévy par LePoint

Pas un discours sans que les candidats emploient le mot « peuple ». Mais que signifie-t-il vraiment ? Quelle est sa définition philosophique ?

Inaudible, souverainisme, système, culture, débat, conspiration… À chaque élection, des mots chargés de sens envahissent l’espace public et médiatique. Leur signification varie selon l’histoire et le positionnement politique de ceux qui les prononcent. Pour démêler le bon grain de l’ivraie, nous avons demandé à dix philosophes de nous définir ce qu’ils veulent dire, ce que sont les arrière-plans historiques, leur sens caché et leurs implications philosophiques. Pascal Bruckner, Raphaël Enthoven, Michel Onfray, Roger-Pol Droit, Jean-François Colosimo, François-Xavier Bellamy et d’autres penseurs et philosophes nous éclairent sur le sens caché de ces mots dont usent et abusent les candidats à la présidentielle.

Aujourd’hui, Bernard-Henry Lévy s’attaque au mot « peuple ». Souvent employé au singulier, le philosophe rappelle d’emblée que ce mot ne connaît qu’une acception plurielle, et ce, dès la Grèce antique. En effet, le concept est exprimé par les termes « dèmos » et « okhlos » tout comme chez les Latins avec « populus » et « turba ». Le premier terme recouvre « le peuple institué, le peuple constitué, le peuple de la démocratie », tandis que le second désigne ce qui s’apparente plus à une simple foule, voire à une meute. Même chez Jean-Paul Sartre, dans ses textes aussi bien philosophiques que politiques, la dualité de cette notion est toujours présente.

 Mais, quelle que soit sa définition, le peuple a toujours eu vocation à être instrumentalisé, comme le théorisait déjà Machiavel, notamment dans Le Prince. La seule différence qui s’opère alors s’effectue « entre ceux qui instrumentalisent avec précaution et ceux qui instrumentalisent avec témérité ». Bernard-Henry Lévy conclut donc sa démonstration sur la faculté qu’a le démocrate, au contraire du totalitaire, à concevoir « le peuple comme une réalité incertaine, aux frontières mouvantes, dont nul ne saurait s’instituer le bon greffier ou le juste porte-parole ».

http://www.lepoint.fr/presidentielle/l-intellopol-7-peuple-par-bernard-henri-levy-19-04-2017-2120761_3121.php#xtor=CS1-32

 


Classés dans :, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>