Bernard-Henri Lévy

L’art de la philosophie ne vaut que s’il est un art de la guerre...

Philosopher contre Hegel et les néo­hégéliens. Philosopher contre l'inter­prétation pré-Bataille, et pré-Collège de sociologie, de la politique de Nietzsche. Philosopher contre le néo-platonisme et son démon de l'absolu. Philosopher contre Bergson et son avatar, justement, deleuzien. Philosopher contre la volonté de pureté, ou de guérir, dont j'ai démontré ailleurs qu'elle est la vraie matrice de ce qu'on a appelé, trop vite, les totalitarismes et qu'une guerre conceptuelle bien menée permet de mieux nommer. Philosopher pour nuire à ceux qui m'empêchent d'écrire et de philosopher. Philosopher pour empêcher, un peu, les imbéciles et les salauds de pavoiser. Philosopher contre Badiou. Philosopher contre la gidouille Zizek. Philosopher contre le parti du sommeil, des clowns ou des radicalités meurtrières. Pardon, mais c'est la vérité. Chaque fois que j'ai, depuis trente ans, fait un peu de philosophie c'est ainsi que j'ai opéré : dans une conjoncture donnée, compte tenu d'un problème ou d'une situation déterminés, identifier un ennemi et, l'ayant identifié, soit le tenir en respect, soit, parfois, le réduire ou le faire reculer. Guerre de guérilla, encore. Harcèlement. Et à la guerre comme à la guerre.

Son actualité

Que pouvons-nous faire pour la jeune révolution libyenne ? (JDD du 6 mars 2011)

Le Journal du Dimanche

Image 8C’est la question que le monde se pose à propos de celle des révolutions arabes qui a, d’ores et déjà, fait l’objet de la répression la plus sauvage – et ce n’est, hélas, pas fini.

Alors, j’ai posé la question à Tobrouk, la première ville de la Libye libre quand on arrive, par la route, depuis l’Egypte. Je l’ai posée à Farid Rafa, 37 ans, ancien officier qui a fraternisé avec le peuple au premier jour du soulèvement et qui « tient » avec quelques autres, sous une tente, l’ex place de la Jamahiriya rebaptisée du nom d’une victime du régime, Mahdi Elias. Je l’ai posée à Ali Fadil, vieux professeur de physique-chimie qui expose, dans son école désaffectée, des dessins de jeunes gens où l’on voit Kadhafi affublé de moustaches grotesques ; Kadhafi grimé en sa majesté des rats ; Kadhafi en femme fardée et botoxée ; Kadhafi nu, les mains cachant son sexe, en train de fuir une foule insolente et joyeuse ; la tête de Kadhafi en train de se noyer dans une mer de sang ; etc – merveilles d’imagination drolatique et d’invention populaire ; la révolution donne du talent…

J’ai posé la question, près de Derna, à Ali Ramadan et Najib Ektet, deux paysans qui ont reconstitué, Image 7pour Gilles Hertzog et moi-même, la bataille qu’ils ont livrée, avec 300 de leurs camarades, le 27 février, pour le contrôle de l’aéroport d’Alabrag où le Guide avait fait atterrir huit avions chargés de troupes, de chars et de pick up destinés à prendre, de vive force, à quelques kilomètres de là, la ville de Beida : on voyait encore, le jour de notre passage, les centaines de douilles vides, témoins de la contre attaque réussie des villageois ; les couvertures de laine abandonnées, dans les fourrés, par les mercenaires kenyans, nigérians, algériens et tchadiens auxquels leurs officiers n’avaient, comme à leur habitude, rien dit de leur mission avant que les gros porteurs n’aient redécollé vers Tripoli ; et, sur la piste, des tas de grosses pierres, des herses, un camion de pompiers renversé, le radar de la tour de contrôle, des fauteuils – tout ce que l’on a pu trouver pour, après la victoire, neutraliser l’aéroport et empêcher qu’une semblable opération puisse jamais se reproduire.

Je l’ai posée à Benghazi, capitale de la Libye libre, aux membres du Conseil national de transition qui m’ont fait l’honneur d’assister à l’un de leurs conseils et d’y prendre la parole ; je l’ai posée en particulier à Abdul Hafiz Gogha, avocat, ancien président de Barreau Libyen et qui incarne la montée en prestige et puissance des Juges au sein de cette administration provisoire ; et je dis bien provisoire tant ces administrateurs de circonstance, ces dizaines d’hommes et de femmes qui se sont mutuellement cooptés, entre le 17 et le 25 février, pour faire fonctionner les services publics après la débandade des fonctionnaires d’ancien régime, insistent sur le fait qu’il ne saurait y avoir, à terme, et à leurs yeux, d’autre solution qu’unitaire pour une Libye solidaire entres ses trois immenses provinces de Cyrénaïque, de Tripolitaine et du Sud.

Je l’ai posée à d’autres encore, partout où je suis passé, au hasard des rencontres. Et tous s’accordent sur une série de demandes simples, claires, qui sont à la portée des grandes démocraties et qui n’ont rien à voir, surtout, avec une intervention militaire au sol dont ils n’ont à la fois pas le désir (fâcheux précédent de la guerre américaine en Irak) et pas besoin (Tripoli est si loin… ; monter une offensive terrestre supposerait, pour Kadhafi, une logistique dont il n’a plus les moyens dans l’état de débandade avancé où se trouvent aujourd’hui, selon nos informations, son régime et son armée… ; et la menace vient, en réalité, des airs – témoins, à tous les carrefours de toutes les villes que nous traversons, ces picks ups équipés de batteries obsolètes et à la gueule anxieusement pointée vers le ciel…).

Image 91. Tous demandent la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne qui empêcherait donc les Mirage et les Migs de Tripoli de venir, comme ils l’ont fait pendant notre séjour, tenter de bombarder les terminaux de Braydah, à cent kilomètres de Benghazi, dans l’espoir d’y provoquer ce viva la muerte pétrolier dont rêve l’auteur du Livre vert – et qui les empêcherait aussi, comme ils le firent, il y a quinze jours, en un crime sans précédent dans l’histoire des contre-révolutions contemporaines, de venir mitrailler en piqué les foules de civils manifestant pacifiquement dans les rues de Tripoli ou d’ailleurs.

2. Ils demandent, à défaut, des frappes ciblées sur l’aéroport militaire principal d’où peuvent se faire les décollages et qui est l’aéroport de Syrte, à 500 kms à l’est de la capitale ; d’autres frappes sur un autre aéroport militaire qui se situe, lui, à Sebah, dans la partie sud du pays, près de la frontière tchadienne, et qui sert de tête de pont à la noria de mercenaires, du type de ceux d’Alabrag, que recrute à prix d’or un Kadhafi qui n’a jamais eu confiance en son armée et n’a, plus que jamais, d’autre choix que de payer des chiens de guerre ; et une troisième frappe, enfin, sur le tristement célèbre Bab El-Azizia qui est, à Tripoli, le centre de commandement du Guide en même temps que son bunker et, sans doute, un centre de torture du type de celui que le peuple de Benghazi a investi et incendié – sa prise de la Bastille !

3. Ils demandent, à défaut encore, la destruction ou, en tout cas, le brouillage à distance des systèmes de transmission qui, seuls, comme dans toutes les guerres modernes, permettent au système militaire libyen, aussi déglingué soit-il, d’opérer. Quoi, m’a dit Abdeljalil Mohamed Mayuf, dirigeant de l’Arab Gulf Oil Company, en voyant, un soir, à l’hôtel où nous dînons, les représentants de la presse internationale tenter, en vain, de faire fonctionner leurs PC, portables et autres Turayas ? Mohamed Kadhafi, le fils aîné du dictateur, aurait les moyens, à partir de la minable « Autorité générale de communication » qu’il préside, de paralyser vos computers et de m’empêcher, moi, de téléphoner aux membres de ma famille qui sont à Tripoli ? Et la Flotte Américaine, positionnée dans le Golfe de Syrte, n’aurait pas ceux de détraquer les instruments du Père et de clouer au sol ses avions ? Quelle blague ! »

4. Tous demandent encore une action concertée auprès des régimes africains (mais, aussi, serbe et Image 10ukrainien) qui tolèrent le honteux trafic permettant de déverser sur le sol libyen ces régiments de mercenaires qui forment, je le répète, la masse de l’armée officielle et dont j’ai vu les débris, à la frontière avec l’Egypte, tenter de se fondre dans la cohorte des réfugiés bangladeshis fuyant le chaos. Cette demande-ci s’adresse en particulier à la France. Elle s’adresse à la Grande Bretagne dont on suppute l’influence au Kenya. Mais elle s’adresse, plus encore, à la France dont on connaît le poids dans les autres pays d’Afrique fournisseurs de ces professionnels de la mort et qui reste, de surcroît, pour tous les libyens que j’ai croisés, la patrie des droits de l’homme. « Je ne comprends pas bien », m’a dit, la voix tremblant d’ émotion, Abdulatif Gebril, professeur de français dans un pays où l’enseignement des langues et, en particulier, du français a longtemps été interdit, comment un « conseiller de votre président » (Henri Guaino) « accompagné d’un ambassadeur de France » (que je n’ai pu, en revanche, identifier) a encore pu « passer le dernier Noël » à Tripoli. « Mais il n’est jamais trop tard pour se rattraper ! Faîtes servir votre francophonie à convaincre vos amis de Lomé et de N’Djamena qu’ils sont les complices d’une nouvelle Traité négrière – et vous serez absous »

Image 115. On a vu arriver à Benghazi, jeudi soir, un convoi humanitaire français en provenance d’Egypte. « C’est bien, m’a dit, un autre représentant du Gouvernement Provisoire de Transition, et nous vous sommes reconnaissants de ce geste d’amitié ». Mais il a aussitôt ajouté, avec un sourire dont l’ironie ne parvenait pas à effacer la très profonde tristesse : « c’est bien ; mais vous pourrez constater qu’ici, jusque sur la ligne de front, à Braygah ou Ras Lanuf, nous ne manquons de rien, les magasins sont bien achalandés ; alors qu’il y a, d’autres villes libres, à l’Ouest celles-là, Misrata et al-Zawiyah, qui sont complètement encerclées et qui, à l’heure où je vous parle, manquent de tout ; est-ce que ce n’est pas là que des bateaux devraient livrer de l’aide ? ». C’est leur cinquième demande. Peut-être est-elle la plus difficile à satisfaire. Sans doute aussi nous obligerait-elle à rompre avec la bonne conscience que donnent les coups humanitaires aveugles et au petit bonheur.
Et jamais quelque action humanitaire que ce soit ne viendra, de toutes façons, à bout de la loi des massacres (cette nuit encore, à Benghazi même, suite à l’explosion d’un dépôt de munitions, la bagatelle de trente morts). Mais je ne pouvais pas ne pas l’évoquer.

6. D’autant que les révolutionnaires libyens attendent enfin un geste fort qui, lui, ne coûterait pas Image 12grand-chose et consisterait à proclamer que le représentant légitime de leur pays sur la scène internationale n’est plus Muammar Kadhafi mais le Conseil national de transition. « Voyez ce Palais » m’a dit, Abeir Drakhim, un étudiant qui fut l’ami d’Almahdi Ziou, le jeune martyr qui, au soir du 17, se jeta, avec sa voiture bourrée d’explosifs, contre le portail de la caserne de Bengahzi et permit au peuple de l’investir. « Regardez l’indécence », a-t-il insisté en nous conduisant aux restes calcinés de la résidence du dictateur où un esprit rebelle et facétieux a taggé, en mémoire de Bob Marley : « stand up, get up, he will give up ». Cet homme « vous racontait, lorsqu’il venait en France et en Italie, ne pouvoir vivre que sous sa tente de bédouin et ne boire que du lait de chamelle ; mais, ici, en Libye, il vivait dans les mêmes maisons que celles de ses amis Ben Ali et Moubarak. Pensez-vous qu’il soit digne, cet homme, de porter la fierté de ce pays ? » Il y a un geste, oui, plaide-t-il en substance, que vous pourriez accomplir sans tarder et qui, pour les libyens, changerait tout : dire, juste dire, que toute la représentativité reconnue jusqu’ici à ce dément est transférée, après 2000 morts, au gouvernement provisoire.

La révolution libyenne appartient aux Libyens ont répété tous mes interlocuteurs.
Mais tous savent, en même temps, que Kadhafi est beaucoup plus coriace, redoutable, suicidaire que Moubarak et Ben Ali.

Tous savent qu’il n’y a pas, ici, de vraie armée formant l’épine dorsale du régime et capable, comme en Egypte et en Tunisie, de le pousser vers la sortie.

Et tous, donc, s’accordent sur ces prières simples mais vitales : sans elles, sans ces interventions musclées et qu’applaudiront, sans aucun doute, les foules immenses qui se relaient sur la corniche de Benghazi, la révolution libyenne vivra sous la menace d’un fou qui n’a plus rien à perdre et qui, tôt ou tard, fera tout pour engloutir la Libye avec lui.

Bernard-Henri Lévy

Photo 1 : – Benghazi. Avec un représentant du Comité Jeunesse de défense de la ville. Le 4 mars 2011. (c) Marc Roussel.
Photo 2 : . Le drapeau royaliste s’envole, face aux partisans impuissants de la révolution. Le 4 mars 2011. (c) Marc Roussel.
Photo 3 : Aéroport de Labrak, près de Beida, neutralisé par les anti-kadhafistes. A côté d’un camion de pompiers renversé. Le 3 mars 2011. (c) Marc Roussel.
Photo 4 : Bernard-Henri Lévy à Tobrouk. Place Mahdi Elias avec les défenseurs de la ville. Le 2 mars 2011. (c) Marc Roussel.
Photo 5 : Bernard-Henri Lévy dans les ruines de la résidence de Khadafi à Benghazi. Le 4 mars 2011. (c) Marc Roussel.
Photo 6 : Saloum. Mercenaires de Kadhafi en fuite, mêles à des réfugiés. Le 1er mars 2011. (c) Marc Roussel.

Pas de commentaire »

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire