Libye : Bernard-Henri Lévy, sur RTL, défend la position française

BHL RTL MARS 2011Nicolas Sarkozy n’a pas réussi à convaincre les membres de l’Union européenne d’intervenir, de façon ciblée, en Libye, pour soutenir les insurgés. Bernard Henri-Lévy, nous livrait, ce matin même, sur l’antenne de RTL, sa réaction. Extraits :
Sur Juppé, Quilès et d’autres : « Je suis allé voir sur le terrain l’étendue de ce carnage. Je suis rentré indigné par ce que j’ai vu. Alors je me fous de Juppé, je me fous de Quilès, je veux que Kadhafi tombe. Je veux que la paix revienne. Je veux qu’on arrête de massacrer les populations civiles. Si certains veulent jouer aux petites querelles personnelles, c’est leur affaire. Au demeurant, j’aimerais que l’on entende un peu plus ma famille politique, la gauche, le parti socialiste, sur cette tragédie libyenne car ce que j’entends là c’est un assourdissant silence qui me fait un peu mal… »

Sur la position de l’union européenne timorée :

« Hier à Bruxelles, l’Union Européenne a reconnu le rôle d’interlocuteur politique au conseil national de transition de Monsieur Abdeljeleel et elle a surtout mis hors jeu le colonel Kadhafi. Depuis hier soir, à l’échelle européenne, Kadhafi n’est plus un personnage respectable, il n’est plus notre interlocuteur en aucune manière. C’est tout de même un pas qui a été obtenu par Nicolas Sarkozy, grâce à son énergie et à la  manière assez courageuse dont il y a été. Je suis déçu, c’est vrai, qu’il n’ait pas plus gagné. Déçu aussi de constater cette éternelle attitude de l’Union européenne et  des démocraties qui consiste, bien souvent,  a aider les gens une fois qu’ils ont gagné. On attend que les peuples aient gagné, on attend  qu’ils aient renversé leur dictateur pour voler à leur secours. Or les Libyens, ce n’est pas demain qu’ils ont besoin de nous. C’est maintenant. Pour arrêter le massacre,  pour foutre Kadhafi dehors . C’est un peu dommage c’est vrai que les responsables européens n’aient pas suivi davantage Mr Cameron et Mr Sarkozy hier.

Une option tripartite

« Il y a une option alternative, une  option tripartite : Union européenne, Union africaine et Ligue Arabe. Ce serait une ombrelle diplomatique et une sorte de  mandat possibles pour cette action ciblée et défensive dont le président a parlé. Il faut le répéter : il ne s’agit pas de faire la guerre à la Lybie. Il s’agit de mettre hors d’état de nuire les avions de Kadhafi. Soit brouiller leurs systèmes de transmission soit frapper une ou deux bases, comme cela a été fait par les Libyens eux-mêmes à Albarak.  Cette action ciblée sur des bases militaires pour empêcher les engins de morts  de faire leur sale travail et de mitrailler les populations civiles, c’est encore possible, à condition que les Européens aient le courage de rejoindre la position française. »

Pour écouter l’intervention de Bernard-Henri Lévy – cliquez ici

Laurence Roblin


Tags : , , , ,

Classés dans :

Un commentaire

  • AtifaMoussaoui dit :

    La France doit avoir l honeur de maître hors d etat de nuire le colonel de mes bottes.
    Le cloon de mauvais gout a beaucoup tarder sur la scene international. L humanity en a mare de voir sa meauvaise figure qu i n annonce que le mal. Les nouveaux acteurs de la politique Libyene sont civilizes, serieus, dynamic, intellectuels donc merit le respect des nations democratics. Maintenent un sang frais et sain coule dans les veines de la Libye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>