Le Pen et Solal. Klugman et la garde à vue. Un rebond pour Obama ? (Le Point, le 28 janvier 2010)

SOS DarfourA quoi sert un Bloc-Notes ? A ne pas laisser passer des petites phrases qui sont parfois de grandes infamies. Ainsi l’indécrottable Jean-Marie Le Pen en meeting, dimanche, à Marseille, puis invité par un intervieweur de complaisance à commenter les thèmes de sa campagne et évoquant, au passage, la naissance du petit-fils du président de la République et le fait que ses parents aient choisi de l’appeler Solal. Ce délicat personnage regrette que les Français aient pris la déplorable habitude d’appeler leurs enfants « n’importe comment ». Il fait observer que si « Abdelkader » s’appelait tout simplement « Albert » il aurait « moins de soucis ». Et il enchaîne, donc, sur le cas du petit Solal Sarkozy dont il suppute (interview disponible sur Dailymotion) qu’il aura été ainsi prénommé pour « faire cadrer » son futur destin avec « les origines juives de Mme Sebaoun » et dont il observe (meeting proprement dit) que ce choix « ne relève pas d’une franche assimilation à la société française ». Cette phrase, elle, relève, il faut le dire, de la plus franche vulgarité. Cette phrase, sa phrase, ajoutée à une autre où cet ignare se permet de juger le personnage homonyme -d’Albert Cohen, héros de « Belle du Seigneur », comme « un Rastignac peu sympathique » et où il fait ainsi la preuve que seul un usage immodéré de l’imparfait du subjonctif a pu faire croire aux naïfs qu’il avait, comme on disait jadis, « des lettres », cette phrase, donc, relève de la niaiserie la plus crasse, de la bêtise la plus épaisse, ainsi que d’une surdité définitive à ce qui fait la grandeur de la culture française. Et puis cette phrase, enfin, cette petite phrase où l’on se permet de remettre en question l’appartenance à la nation de deux personnes qui avaient déjà eu droit, il y a un an, de la part d’un certain Siné, à des injures du même tonneau, relève surtout des tribunaux – mais il est vrai que cet antisémite à bout de souffle n’attend peut-être que cela… On se contentera donc, ici, d’un hommage appuyé au grand écrivain suisse, honneur de la France et de sa langue, qui a inventé, en effet, Solal.

A quoi sert un Bloc-Notes ? A saluer la sortie prochaine (le 4 février, chez Nova Press) d’un petit livre important et signé d’un jeune auteur qui est aussi un brillant avocat. L’auteur s’appelle Patrick Klugman. Son livre : « Le livre noir de la garde à vue ». Et ce que l’on y apprend, c’est, en gros, que chacun d’entre nous, vraiment chacun, peut, pour n’importe quel motif, souvent sans motif du tout ou, en tout cas, sans en connaître le motif, faire l’étrange, pénible et, parfois, dégradante, expérience de la garde à vue. Cas de Pascal T., séropositif, arrêté pour ébriété, et qui meurt au commissariat parce que les agents craignent d’être contaminés. Cas de cette femme de 54 ans empêchée de se rendre aux lavabos par un personnel dont on ne sait ce qui l’emporte en eux, à cet instant, de la désinvolture, de la gauloiserie ou, simplement, de la cruauté. Cet enfant de 9 ans. Ce couple de 70 ans, fouillé à nu. D’autres cas, tant d’autres – la gamme entière des possibles ; tout le spectre des situations tantôt les plus scandaleuses, tantôt les plus extravagantes ; le mot d’ordre n’est-il pas de faire du chiffre, encore et toujours du chiffre, comme pour les reconductions d’immigrés, les chercheurs du CNRS, comme pour toutes ces procédures évaluatrices qui sont l’une des maladies de l’époque et que l’on m’a, plus d’une fois, vu dénoncer ici ? Michel Foucault aurait goûté ce recueil de cas concrets, il disait de « concrétions du présent », qu’étaie une vraie réflexion théorique sur l’état de notre justice. On me dit que la question commence, à l’instigation, notamment, du bâtonnier Charrière-Bournazel, d’agiter un milieu judiciaire qui semblait désespérer de voir un jour mis un terme à cet attentat permanent aux libertés. Et je crois comprendre que la garde des Sceaux elle-même doit annoncer, dans les prochains jours, le principe d’une réforme à laquelle nombre de ses prédécesseurs ont songé mais sans oser – on comprend mieux pourquoi, en lisant Klugman – en payer le prix politique et peut-être syndical. A elle aussi je ne saurais trop recommander la lecture de ce petit manuel de savoir-vivre ou, plus exactement, survivre au temps de la garde à vue.

A quoi sert un Bloc-Notes ? A vous dire enfin que je suis de retour à New York, pour la première fois depuis Noël, et que ces quelques semaines – que dis-je ? ces quelques jours – m’auront suffi à trouver un climat complètement changé. Est-ce l’élection perdue du Massachusetts, la -semaine passée ? Avoir laissé échapper le siège historique des Kennedy avait-il une telle importance, non seulement symbolique, mais politique ? Ou est-ce d’avoir pris les banques de front, d’avoir posé la question des pratiques spéculatives les plus choquantes, est-ce d’avoir énoncé des règles de bon sens et que l’on attendait depuis l’éclatement de la crise financière, qui a fait se cristalliser les mécontentements et crever la bulle de confiance qui était comme un nimbe au-dessus de Barack Obama ? Le fait est là. L’état de grâce est terminé. Jamais un président, dit le New York Times de ce matin, ne sera tombé si vite si bas. Et pourtant… Oui, et pourtant quelque chose me dit que l’homme n’a, évidemment, pas dit son dernier mot. Et je ne parviens pas, moi, en tout cas, à faire mon deuil du rêve Obama. A suivre.
Bernard-Henri Lévy


Tags : , , , , , , , ,

Classés dans :

2 commentaires

  • David dit :

    Bloc-Notes Inutile.

    Inutile de noter les petites phrases. Un bloc-Notes ne suffirait pas.
    La haine du Juif est une culture très bien enracinée en Europe.
    C’est la culture historique de l’Europe, qui peut tenir dans une encyclopédie aux nombreux volumes.
    Le porteur du Nom Juif en terre d’Europe est prévenu d’avance. Changer de nom ou prendre des coups.

    Pas de bloc-notes en garde à vue. C’est le règlement.
    On a la police qu’on mérite. Comme on a les dirigeants qu’on mérite. Affligeant.

    Obama un rêve ? Plutôt l’annonce du cauchemar ! Ou est l’humilité de cette homme qui n’ose pas dire qu’il n’a aucun projet ? Qui maîtrise à merveille ses gestes du corps devant la caméra pour nous bercer sur son charisme.
    Cet homme n’a aucun pouvoir. Pas même un bloc-notes pour noter une bonne idée !

  • amouyal dit :

    dsolé de ne pas partager votre passion pour obama , il a été elu grace aux milliards de X et il gouverne avec les idées de l’extreme gauche americaine , sa politique etrangere sera un fiasco fracassant surtout si son incompetence nous mene a la guerre avec l’iran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>