Le livre secret enfin révélé

Le livre secret enfin révéléCe sera Houellebecq vs… BHL. Source de nombreux fantasmes, le « livre secret » annoncé par Flammarion en juin dernier, se dévoile. Si l’on savait que l’auteur de La possibilité d’une île en était l’un des auteurs, le JDD révèle aujourd’hui l’identité du second, en la personne de l’incontournable philosophe. L’ouvrage s’appellera Ennemis publics. Il sort le 8 octobre.

Tout a commencé par un « indiscret » dans Le Journal du Dimanche du 15 juin 2008: Teresa Cremisi, PDG des éditions Flammarion, allait annoncer, le 17 juin, devant 300 libraires, la parution en octobre d’un livre secret, à quatre mains, tiré dans un premier temps entre 100 000 et 150 000 exemplaires. Un tirage monumental. A partir de là, la machine à rumeurs s’est emballée pour créer le plus gros buzz littéraire jamais vu. C’est allé crescendo. Des journalistes en sont même venus, ces derniers jours, à appeler de gros imprimeurs pour connaître le nom des deux mystérieux auteurs.

On a tout entendu, jusqu’à dire que le livre n’existait pas. Le nom de Michel Houellebecq, avant qu’il ne vende lui-même la mèche lors d’une interview à Technikart, est soudain apparu comme un point fixe. Oui d’accord, mais Michel Houellebecq avec qui? On a lancé comme sûr et certain Michel Houellebecq et Carla Bruni; Michel Houellebecq et André Glucksmann; Michel Houellebecq et Lionel Jospin; Michel Houellebecq et Maurice G. Dantec. Et puis enfin, soulagement, on pensait avoir trouvé: Michel Houellebecq et Frédéric Beigbeder.

Grosses polémiques en vue

On avait tout faux. Le nom de Bernard-Henri Lévy n’a jamais, jamais été prononcé. Et, pourtant, c’est bien de lui dont il s’agit. Ennemis publics, Correspondance de Michel Houellebecq et de Bernard-Henri Lévy, sera en librairie le 8 octobre. On possède déjà quelques éléments sur ce qui s’annonce comme un événement. Ils y parlent de la littérature, de l’intime, de l’humour, de leurs parents, de l’amour, de leur réputation. Michel Houellebecq y rend hommage à Blaise Pascal. Bernard-Henri Lévy s’y confronte à ses souvenirs. Ils évoquent aussi ceux qu’ils aiment et ceux qu’ils n’aiment pas. Grosses polémiques en vue. Car ce ne sont pas seulement deux grands auteurs et deux gros vendeurs, ce sont aussi deux redoutables bretteurs, amateurs de castagne. Ils font beaucoup de bruit séparément; on n’ose imaginer ce que ça va donner ensemble. Si la correspondance du philosophe « médiatique » et du romancier « dépressif » arrive à réunir les ennemis de l’un et de l’autre, alors, c’est sûr, le succès va être immense.

C’est certain. Ils disent beaucoup et donnent beaucoup dans Ennemis publics. On sait que Michel Houellebecq y est égal à lui-même et que Bernard-Henri Lévy y est au mieux de lui-même. L’auteur du Siècle de Sartre (Grasset, 2000) aurait-il enfin trouvé un partenaire à sa hauteur? On pourrait penser que Bernard-Henri Lévy s’encanaille et que Michel Houellebecq s’embourgeoise. Aucune chance. Rien n’est jamais simple avec eux. Ils se cherchent plus qu’ils ne se trouvent. Ils ont en commun le sens du jeu et le goût du feu.

Retrouvez en exclusivité la quatrième de couverture d’Ennemis publics.

Ennemis publics, de Michel Houellebecq et Bernard-Henri Lévy. Flammarion/Grasset. 336 pages, 20 euros (en librairie le 8 octobre).


Tags : , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>