Le 21 janvier 1998…

… la militante anti-islamiste Khalida Messaoudi était à la Mutualité, à Paris, avec Bernard-Henri Lévy

bhl messaoudi12 C’était un grand jour, ce 21 janvier 1998. Le monde entier assistait, horrifié, aux massacres commis en Algérie par les islamistes. Il assistait, non moins horrifié, aux contorsions d’une certaine intelligentsia française tentant de dédouaner les islamistes de leurs crimes. « Qui tue qui ? » demandaient les beaux esprits. Sous-entendu : « est-ce que ce ne serait pas le pouvoir algérien lui-même qui orchestrerait tout cela ? est-ce que ce ne serait pas lui qui serait à l’origine, systématiquement, de ces abominables tueries. Bernard-Henri Lévy s’était rendu en Algérie. Il avait rapporté de son voyage deux reportages vibrants pour le quotidien le Monde. Et le voilà, à la Mutualité, en ce lieu qui vit tant d’intellectuels avant lui mener tant de grands combats, qui plaide la cause de la vérité et de la liberté en Algérie. A ses côtés une grande militante des droits de l’homme, Khalida Messaoudi . Elle risquait sa vie en venant ainsi, à Paris, parler à visage découvert. La soirée fut un triomphe. Ce fut aussi un grand moment d’éveil et de conscience. Comme souvent, elle était placée sous l’égide de la Règle du Jeu. Il y avait là, côté français, outre Bernard-Henri Lévy, Jacques Julliard, Gilles Hertzog, Pascal Bruckner et André Glucksmann.

Liliane Lazar.

Photo : (c) Eric Feferberg (AFP).


Tags : , , , , , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>