L’appel de BHL à « imposer la Syrie au G20 » connait un grand écho

bhl photo AFPNous reprenons ci-dessous une dépêche AFP, suivie d’une dépêche Reuters, qui reprenaient l’une comme l’autre l’article de Bernard-Henri Lévy paru dans le Monde du 3 septembre 2013. Dans cet article, l’auteur de La guerre sans l’aimer encourageait Barack Obama et François Hollande à poser leurs conditions avant de confirmer leur présence au G20. La principale de ces conditions, selon lui : que la question syrienne soit présente au menu.

L’AFP diffusait la dépêche suivante, reprise, entre autre, dans le Nouvel Obs, France 24, Libération, 20 Minutes, Nice Matin, RTL.be, Le Figaro :

« Le philosophe français Bernard-Henri Levy demande à Barack Obama de placer la question syrienne au coeur du G20 en Russie ou à défaut de ne pas s’y rendre, dans une tribune publiée mardi par Le Monde et le Daily BeastNewsweek.

Après la décision du président américain de consulter le Congrès avant de frapper Damas, Bernard-Henri Levy estime qu' »il serait logique, pour Barack Obama, d’aller au bout de l’exercice de sagesse qu’il s’est imposé et qu’il a, par la force des choses, imposé à son homologue français: aller à Saint-Pétersbourg, oui, mais (…) en plaçant la question syrienne au coeur de ce qui aurait, sans cela, un insoutenable parfum de gaz ».

En cas de refus de Vladimir Poutine, « peut-être serait-il logique (…) de prendre le risque, alors, d’ajourner l’événement ou de s’y faire représenter », ajoute le philosophe.

Bernard-Henri Levy, qui fut en pointe lors de l’intervention occidentale en Libye en 2011, estime en effet que le président russe est « un peu plus qu’un allié » de Damas « puisque c?est lui qui a fourni au régime syrien ses armes et, sans doute, la formule de ses gaz ».

Il y aurait dans « les fastes » du G20 « une part d’indécence qu’il serait bon d’épargner aux survivants syriens des massacres », argumente-t-il.

Les dirigeants des pays du G20 se retrouvent jeudi et vendredi à Saint-Pétersbourg, accueillis par une Russie inflexible sur la crise syrienne. Aucun tête-à-tête entre MM. Obama et Poutine n’est prévu dans l’agenda de ce sommet.

Barack Obama va demander l’autorisation du Congrès, qui fait sa rentrée le 9 septembre, pour opérer des frappes en Syrie en réaction à l’attaque chimique présumée du 21 août attribuée par les Etats-Unis et la France au régime de Bachar al-Assad.

Le président français François Hollande, convaincu de la nécessité de « punir » le régime syrien, est contraint d’attendre la décision américaine. »

Une heure plus tôt, c’était l’agence Reuters, insistant d’avantage sur l’appel de Bernard-Henri Lévy au président François Hollande :

«L’essayiste français Bernard-Henri Lévy demande à Barack Obama et François Hollande d’imposer à Vladimir Poutine un dialogue « musclé » sur la Syrie lors du sommet du G20 qui s’ouvre jeudi à Saint-Pétersbourg ou, à défaut, de s’abstenir d’y aller.

Si la question syrienne n’est pas au coeur de cette réunion normalement consacrée aux questions économiques et monétaires, ce G20 fera figure de « farce », avertit l’écrivain dans une tribune publiée mardi par Le Monde.

Après avoir déclaré que l’usage de gaz toxique contre la population syrienne par le président Bachar al Assad ne devait pas rester impuni, les présidents américains et français, isolés, paraissent hésiter sur l’action à mener.

Le sommet du G20 offre au président russe une tribune pour plaider la cause de son allié syrien, estime Bernard-Henri Lévy, qui fut un ardent avocat de l’intervention occidentale contre le régime libyen de Mouammar Kadhafi en 2011.

« Il serait bon d’épargner aux survivants syriens des massacres » l’indécence d’un Vladimir Poutine « plastronnant sous les lambris » de Saint-Pétersbourg pendant qu’il livre à Damas les missiles qui pourraient un jour frapper les hélicoptères et les avions américains et français, poursuit Bernard-Henri Lévy.

Il serait « logique » que Barack Obama exige au moins « le tête à tête musclé dont le maître du Kremlin a fait savoir qu’il ne voulait pas mais sans lequel c’est toute la réunion qui ferait figure de comédie et de farce », fait-il valoir. » (Dépêche reprise, entre autres, dans les Echos, Die Welt, le New York Times).

Laurence Roblin

photo : (c) AFP


Tags : , , , , ,

Classés dans :,

Un commentaire

  • plagnol serge dit :

    Guernica Damas ! même si les situations ne sont pas exactement comparables , ne rien faire , laisser faire !? Le pacifisme et la non intervention malheureusement ont leurs limites , c’ est même le tragique de la conscience humaine . Intervenir aurait pu peut être éviter des millions de victimes , aujourd’hui il en est de même sans doute . Personne n’ aime les armes et la mort . mais la conscience humaine est là ; ne pas être angélique ou plutôt hypocrite et lâche . bien sûr que le Pape François a raison lorsqu’il appelle à la Paix dans le monde , plus de guerre ! mais voilà malheureusement la réalité oblige à employer des moyens militaires pour empêcher des massacres encore plus grands : c’ est la triste réalité humaine et de l’ histoire .
    fFançois Hollande a le courage et la lucidité politique contre son opinion publique . mais les résistants eux mêmes étaient minoritaires au sein de l’ opinion publique , de la majorité de la population française lors du nazisme . Il faut parfois aller plus loin que son  » opinion publique  » souvent passive et « égoîste  » . La morale et le droit ! mais nous sommes des êtres d’ éthique et de conscience , le Droit doit suivre .
    bien cordialement à vous et bon courage à vous
    serge Plagnol , artiste peintre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>