Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre


Philosophe existentialiste, dramaturge, romancier, critique.

Les dates-clef de Jean-Paul Sartre

1905 : naissance à Paris.
1924 : études à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm.
1929 : Jean-Paul Sartre rencontre avec Simone de Beauvoir. Reçu à l’agrégation.
1938 : publication de La Nausée
1939 : publication de ses premières nouvelles. Le Mur.
1939-1940 : Jean-Paul Sartre est mobilisé comme simple soldat.
1941 : prisonnier dans un camp de détention en Allemagne. Il est libéré grâce à un faux certificat médical.
1943 : publication de L’Être et le Néant. Théâtre : Les Mouches.
1944 : Théâtre :Huis-Clos
1945 : Sartre fonde Les Temps Modernes.
1952 : brouille avec Albert Camus.
1964 : publication des Mots. Attribution du Prix Nobel de Littérature que Sartre refuse.
1980 : mort de Jean-Paul Sartre.

Les oeuvres-clef de Jean-Paul Sartre

Publiés aux Editions Gallimard.

Romans et Nouvelles
La Nausée (1938)
Le Mur (1939)
Les  chemins de la liberté (1945)
Les jeux sont faits (1947)

Théâtre
Bartona ou le Fils du Tonnerre (1940)
Les Mouches (1943)
Huis-clos (1944)
La Putain respectueuse (1946)
Morts sans sépulture (1946)
Les Mains sales (1948)
Le Diable et le Bon Dieu (1951)
Kean (1954)
Nekrassov (1955)
Les  Séquestrés  d’Altona (1959)
Les Troyennes (1965)

Autobiographie, mémoires et correspondance
Les Mots (1964)
Carnets de  la drôle de guerre 1939-1940 (1983-1995)
Lettres au Castor et à quelques autres (1983)

Essais
Situations I à X. (1947-1976)
Réflexions sur la question juive (1946)
Entretiens sur la politique (1949)
L’Affaire Henri Martin (1953)
Préface aux Damnés de la Terre de Franz Fannon (1961)
On a raison de se révolter (1974)

Critique littéraire
La République du Silence (1944)
Baudelaire (1946)
Qu’est-ce que la littérature ? (1948)
Saint-Genet, comédien et martyr (1952)
L’Idiot de la famille (1971-1972)
Un théâtre de situations (1973)

Philosophie
L’imagination (1936)
La Transcendance de l’Ego (1937)
Esquisse d’une théorie des émotion (1938)
L’imaginaire (1940)
L’Être et le Néant (1943)
L’existentialisme est un humanisme (1945)
Conscience et connaissance de soi (1947)
Critique de la raison dialectique I (1960)
Cahiers pour une morale (1983)
Critique de la raison dialectique II (1985)
Vérité et existence (1989)

Scénarios
Les Jeux sont faitsde Jean Delannoy (1947)
L’Engrenage (1948)
Le Scénario de Freud (1984)
Typhus (Ecrit durant l’Occupation et édité en 2007 par Gallimard)

Bernard-Henri Lévy et Jean-Paul Sartre

Outre Le Siècle de Sartre, Bernard-Henri Lévy a écrit plusieurs articles sur Jean-Paul Sartre :

« Retour de captivité » (Nouvelles réflexions sur la question Sartre). Les Aventures de la Liberté. (1991)
« Ne pas désespérer Billancourt » ( Encore une légende) Les Aventures de la Liberté (1991)
« Le beau voir de Sartre« , Récidives (2004)
« Un Sartre ou deux »,  Pièces d’identité (2010)
« Deux Sartre ou trois », Pièces d’Identité (2010)
« Sartre est un bloc », Pièces d’identité (2010)

Citations de Bernard-Henri Lévy sur Jean-Paul Sartre

« Je me souviens de mon éblouissement quand j’ai lu, pour la première fois, très tard donc, L’Être et le néant – puis de ma stupeur quand, enchaînant avec la Critique de la raison dialectique, je découvris qu’on tenait là un cas d’apostasie philosophique aussi spectaculaire que la multiplication des noms de Pesseo ou la double œuvre de Romain Gary ». (p.12, Le siècle de Sartre, Grasset, 2000)

« Sartre comme un temps déplié. Sartre ou le rendez-vous de toutes les façons de traverser le siècle, de s’y perdre, d’en conjurer les pentes sombres – et de s’engager, maintenant, dans le suivant. C’est toujours à son avantage que l’on entre dans l’ambiguïté. » (p.14, Le siècle de Sartre, Grasset, 2000)

« Il faut tout relire de Sartre… Il faut considérer l’entièreté d’une aventure qui est l’une des plus déraisonnables, mais aussi, parce que déraisonnable, des plus fortes, des plus fécondes de l’histoire de la pensée française. La dernière aventure philosophique du XXème siècle. La dernière tentative sérieuse de sortir de l’impasse hégélienne et de la fin, par Hegel décrétée, de la métaphysique et de l’Histoire. Une façon de répondre du siècle où la quantité d’erreurs proférées aura été à la mesure des risques encourus, les vrais, qui sont ceux de la grande pensée. Sartre et son siècle. Le siècle de Sartre ». (p. 572, Pièces d’identité, Grasset, 2010)


Tags : , , , , , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>