Jacques Derrida

Jacques Derrida


Philosophe français. Inventeur de la « déconstruction ». La grande vedette, jusqu’à sa mort, de la philosophie française aux USA. N’est-ce pas à lui que pensera Woody Allen quand il intitulera un film « Deconstructing Harry » ?

Les dates clef de Jacques Derrida

15 juillet 1930 : naissance de Jacques Derrida à El Biar (Algérie).
1952 : entrée à l’École normale supérieure et rencontre avec Louis Althusser.
1961 : prix Jean-Cavaillès pour sa traduction et son Introduction de L’Origine de la géométrie.
1964 : Jacques Derrida est nommé maître-assistant d’histoire de la philosophie à l’Ecole normale supérieure sur recommandation d’Althusser.
1975 : Jacques Derrida devient professeur invité à l’université de Yale puis à l’université Cornell comme A. D. White Professor at large.
1978 : États généraux de la philosophie à la Sorbonne.
1981 : fondation, avec Jean-Pierre Vernant, de l’association Jean-Hus qui aide les intellectuels tchèques dissidents.
1983 : fondation du Collège international de philosophie avec François Chatelet, Jean Pierre Faye et Dominique Lecourt.
1992 : doctorat honoris causa de l’Université de Cambridge,
9 octobre 2004 : mort de Jacques Derrida à Paris.

Les oeuvres clef de Jacques Derrida

De la Grammatologie, 1967, Minuit.
La Voix et le phénomène, 1967, Presses Universitaires de France.
L’Ecriture et la différence, 1967, Seuil.
Marges – de la philosophie, 1972, Minuit
Positions, 1972,  Minuit.
La Dissémination, 1972, Seuil.
Glas, 1974, Galilée.
Spectres de Marx, 1993, Galilée.
Adieu à Emmanuel Levinas, 1997, Galilée.
De l’hospitalité (avec Anne Dufourmantelle), 1997, Calmann-Lévy.
Le concept du 11 septembre, dialogues à New York avec Giovanna Borradori, Jacques Derrida et Jürgen Habermas, 2002
De quoi demain…, entretiens de Jacques Derrida et Elisabeth Roudinesco, Flammarion, 2003.
Voyous, Galilée, 2003.

Jacques Derrida et Bernard-Henri Lévy

Comme Louis Althusser, Jacques Derrida a été le maître de Lévy à l’ENS. C’est lui qui l’a accueilli à l’Ecole. Lui qui lui a donné, dans le cadre de son Séminaire, l’occasion de son premier « grand » texte (inédit, mais que nous mettrons prochainement en ligne) consacré à une mise en rapport de La Naissance de la Tragédie de Nietzsche et du Théâtre et son double d’Antonin Artaud. Et lui qui l’a probablement initié, le tout premier, à la pensée d’Emmanuel Levinas. Que cette relation se soit gâtée par la suite, et parfois de manière quasi comique, c’est évident (et je suis, d’ailleurs, preneuse de toute photo existante de l’altercation physique entre Derrida et Lévy lors des fameux Etats-généraux de la philosophie de 1978). Mais la vérité oblige à dire que, de l’ensemble de cette histoire, sont tout de même sorties deux ou trois choses importantes. Une belle évocation de la figure du « vieux maître » dans Comédie (Grasset 1997). Un adieu à Derrida repris dans Questions de principe X (sous le titre « Tombeau pour Jacques Derrida »). Et puis, bien avant tout cela, au tout début de la carrière de Lévy un texte peu connu, publié par le Magazine Littéraire en 1975, et qui reste, aujourd’hui encore, l’une des meilleures introductions à la théorie de la « déconstruction » : ce texte est repris dans Questions de principe II, pp 72 à 78.  Lévy disciple et commentateur de Derrida.
Dans De la Guerre en philosophie (Grasset, février 2010) Bernard-Henri Lévy affine l’analyse et marque la distance exacte qui le sépare et le rapproche de celui que, dans Comédie , il appelait son « vieux maître ». Il explique, notamment, pourquoi il s’est toujours senti moins proche de lui , Derrida que, par exemple, d’Althusser. Fidélité de Lévy à ce maitre qu’il n’a, comme Althusser, jamais renié.

Citations de Bernard-Henri Lévy sur Jacques Derrida

« Ce qui restera de Derrida c’est la réconciliation de Husserl et de Spinoza » (14 octobre 2004, « Tombeau pour Jacques Derrida » )
« Le dernier talmudiste » (Entretien avec Eric Dahan, Blast 2007).
« Ce que j’ai le plus admiré chez Derrida ? Les jolies filles qui l’entouraient » (novembre 1997, Paris Première, émission de Thierry Ardisson, Rive Droite Rive gauche).


Tags : , , ,

Classés dans :

Les commentaires sont fermés.