Le 6 janvier 2011 : Bernard-Henri Lévy appelait déjà à sauver les chrétiens d’Orient  (Le Point, « Comment sauver les chrétiens d’Orient ? »)

Le-tragique-exode-des-derniers-chretiens-de-Ninive_article_mainCommencer avec la présidentielle ? Strauss-Kahn, de loin le meilleur ? Fabius qui, à défaut, pourrait s’imposer ? Le grand cadavre à la renverse qu’il faudra, puisqu’il n’a pas su ni voulu muer, tenter de réanimer ?

Recommencer avec l’affaire Sakineh et le cynisme des juges flics qui multiplient les mises en scène, les faux aveux orchestrés et voudraient nous présenter comme un progrès le passage de la lapidation à une pendaison ?

Epiloguer sur le double procès que m’intentent, pour le même article, un groupuscule d’extrême droite et un ancien du Monde diplo (au passage, et comme promis, copie de l’erratum paru, le jour même de la parution de l’article, sur le site Internet du Point : « Une erreur s’est glissée dans ce bloc-notes ; lorsque j’évoque les protagonistes du nouvel axe entre Riposte -laïque et Bloc identitaire, c’est de Pierre Cassen qu’il s’agit et non de Bernard Cassen. ») ?

Je préfère, et de loin, revenir sur ce qui me paraît être l’événement le plus énorme, le plus gros de conséquences tragiques, de ce début d’année 2011 – je préfère revenir sur l’attentat qui, dans la nuit du Nouvel An, a fait 21 morts et 79 blessés parmi les fidèles de l’église d’Al Kidissine d’Alexandrie.

Cet attentat, tout d’abord, venait en point d’orgue d’une série d’attaques qui, au Nigeria, aux Philippines, ailleurs, avaient ensanglanté la nuit de Noël. Il venait au terme d’une année marquée, entre autres, par le carnage de la cathédrale de Bagdad. En sorte qu’il est de moins en moins contestable que l’on est en présence, là, d’une persécution de masse en bonne et due forme. Difficile à concevoir, s’agissant d’une religion longtemps dominante, voire dominatrice et intolérante ? Peut-être. Mais c’est pourtant vrai. Et Benoît XVI est parfaitement fondé à dire que les chrétiens sont, aujourd’hui, à l’échelle de la planète, le groupe religieux « en butte au plus grand nombre de persécutions ».

Cet attentat, comme tous les autres, visait une communauté dont on ne dit pas assez que son histoire se confond avec celle de la région. Cette vague d’actes terroristes décime des Eglises dont on ne sait pas suffisamment qu’elles furent (les coptes d’Egypte) longtemps majoritaires ou en tout cas (la Syrie) plus anciennes que l’arrivée de l’islam. En sorte que ceux qui les commettent ne sont pas seulement des barbares mais sont aussi des imbéciles qui, lorsqu’ils prétendent éradiquer la « division » en terre d’islam, s’en prennent à ce qui fait l’âme de la région. Le forfait serait aussi grand si les chrétiens d’Orient n’étaient pas cette minorité autochtone ? Bien sûr. Mais la circonstance est aggravante. Elle ajoute une -dimension, disons, métaphysique au geste. Un crime irréparable a été commis lorsque le monde arabe s’est vidé de ses juifs et de leur mémoire. Qu’il se prive de ses chrétiens, qu’il fasse subir aux dernières communautés catholiques capables de prier dans la langue même du Christ ce qu’il a fait subir aux descendants des tribus d’Israël et ce sera, non seulement pour lui mais pour le monde, une nouvelle perte sèche, un nouvel effondrement spirituel et moral, un nouveau désastre de civilisation et de culture.

Autant dire que l’islam est, dans cette affaire, à la croisée de ses destins. Ou bien on s’obstine dans le déni et la langue de bois ; on continue, comme la police de Moubarak, à parler d’« actes isolés » ; on s’entête, comme Moubarak lui-même, à voir dans ces bains de sang des violences qui en avaient, non à « une communauté en particulier », mais au « pays tout entier » ; on disculpe les coupables ; on fait comme Ahmed al-Tayeb, le grand imam d’Al-Azhar, qui dénonce le « point de vue (sic) du pape » appelant, en une insupportable « ingérence », à arrêter le massacre des innocents ; et alors c’est, pour tous, le chemin de la catastrophe. Ou bien c’est le courage qui l’emporte ; les intellectuels musulmans sortent de leur assourdissant et terrible silence ; les imams prennent position ; le Conseil français du culte musulman fait école qui, dès le 1er janvier au matin, condamnait sans équivoque la « barbarie » de cet « attentat terroriste abject » ; et, ce que j’appelais, dans mon dernier bloc-notes, « l’honneur des musulmans » prenant enfin le dessus, l’on aura peut-être une vraie chance d’éviter le choc des cultures que d’aucuns appellent de leurs vœux mais qu’il faut à tout prix conjurer.

Quant aux autres, tous les autres, que doivent-ils faire ?

Ne pas tomber dans le piège, d’abord, de la fausse symétrie : « vous ne voulez pas d’églises ? nous ne voulons plus de mosquées » – le rôle des démocrates est de tenter de hisser autrui au-dessus de lui-même, jamais de s’aligner sur le pire de sa bassesse.

Ne pas céder non plus à l’éternel argument des pleutres : « gare à ne pas trop en faire ; en défendant ces gens, vous les désignez ; en les désignant, vous les exposez » – ceux qui connaissent l’histoire du peuple juif savent que le « profil bas » n’a jamais protégé personne et a toujours, au contraire, ouvert la voie aux égorgeurs.
Il faut parler, au contraire. Parler toujours et encore. Témoigner. S’indigner. Et même, quand on le peut, prier. Oui. Pourquoi pas, en effet, et puisque c’est de cela, après tout, qu’il s’agit, une prière œcuménique qu’appelleraient, d’une seule voix, des autorités des trois religions du Livre ? Pourquoi pas une journée mondiale des chrétiens d’Orient et, lors de cette journée, une heure où la planète serait invitée à s’unir, par la prière ou la pensée, avec ces persécutés ? Personnellement, j’en serai et ferai exception, pour l’occasion, à mon agnosticisme de principe.

Bernard-Henri Lévy

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/comment-sauver-les-chretiens-d-orient-06-01-2011-127203_69.php


Tags : , , , , , , , , , , ,

Classés dans :,

4 commentaires

  • Olivier Renard dit :

    Mes félicitations !

    Il vous faudrait analyser sur le long terme, sur 10 ou 15 ans les faits historiques et le résultats de ces combats politiques !
    De la défense d’Israel par le département d’état américain, on est passé à la préeminence de la démocratie américaine en orient, selon le programme de Brezinsky ou celui des Néo-conservateurs. Ce qui a produit par réaction du monde musulman, une guerre de civilisations ! Aujourd’hui, le monde musulman, par opportunisme politique, vide les terres d’Islam des chrétiens !
    Parce que Bush avait inventé dans son délire politique est devenu une réalité géopolitique du XXI me siècle !
    La fausse symétrie n’est elle pas une conséquence de cette propagande politique qui a mené les armée occidentales dans le bourbier d’Iraq, puis d’Afghanistan ?
    Moubarak en Egypte, Musharaff au Pakistan, dans une langue de bois viennent toujours rassurer et faire allégeance à Washington. Mais en politique intérieure, le premier se doit de gêrer les frères musulmans, le soutient du peuple à la Palestine et son opposition à Israel ! Et le second se doit de gêrer toutes les factions talibanes qui existent dans son pays et qui cachent les terroristes et Al Qaeda !

    Et a tout cela, on ajoute Ahmadinedjad qui se sert des affaires d’anti sionisme ou anti sémitisme, qui utilise Sakineh pour se montrer en tant que nouveau Raïs du monde arabe !

    Tout cela est politique, la réligion ne devrait pas y avoir sa place. Or elle est encore et toujours instrument d’un monde qui reconstruit une bipolarité au sein du choc des civilisations !

  • Diane dit :

    Oui, Monsieur Lévy, je vais être ordinaire dans mes propos . J’en ai marre d’avoir peur, j’en ai marre que l’on me bouscule dans les magasins, et si je rouspète je me fais engueuler, j’en ai marre de cette situation. Française je n’ai plus de droits, j’ai le droit de la peur, et celui de me la fermer . Alors le monde entier devrait replacer tous les musulmans dans leurs pays; Assassiner des croyants dans leurs églises, un soir de Noel, ils attendaient cette fête en préparant joyeusement leurs repas, ils sont morts, pour rien, comme ça, la barbarie est passée par là . EH, bien oui, je le répète, qu’ils aillent commettre leurs actes dans leurs pays .Hélas pour ceux qui sont musulmans et qui ne partagent pas ces actes de barbarie .

    Pa ailleurs, je trouve lamentable qu’on vous intente des procès pour une erreur d’écriture, aussitôt rectifiée, et bien de cela aussi j’en ai marre . Les médias guettent leur proie et ils régalent les imbéciles qui y adhèrent .
    Désolée, cordialement à vous .

  • pierre dit :

    M. Lévy,

    Je vous aime beaucoup (on peut même dire que je vous admire : j’ai presque lu tous vos livres !), et je reconnais votre mérite à vouloir apaiser les esprits échaudés, dans cette période dramatiques (à propos de votre dernière chronique sur « l’honneur des musulmans », à mettre en parrallèle avec celle d’aujourd’hui).

    Evidemment, heureusement qu’il y a des gens comme vous pour tendre la main aux musulmans modérés, et pour apporter un message de tolérance et de fraternité.

    (Oulàlà, quand un courrier commence comme cela, vous devez vous dire qu’il va mal se terminer !)

    Mais vous n’êtes vraiment pas un bon stratège quand vous fustigez les laîques intransigeants, les laîcards comme on les a longtemps appelés. Heureusement qu’ils sont là eux-aussi, et on a tout autant besoin d’entendre leur colère.

    Je ne vois pas pourquoi vous défendiez justement Rédéker, alors que vous fustigez aujourd’hui des gens qui disent la même chose.
    On est au pays de Voltaire, merde alors ! Et ce sont des idées qu’ils attaquent, pas des personnes.

    Alors, vous allez réussir à radicaliser tout le monde, en tendant simplement la main aux croyants.

    Vous incitez à juste titre à « ne pas céder non plus à l’éternel argument des pleutres : « gare à ne pas trop en faire » », et à ne pas faire « profil bas » :
    Un peu de cohérence alors, Bernard-Henry, et acceptez que la religion soit attaquée frontalement, surtout en cette période où elle tente de s’imposer par la violence.

    Un rapport de force est salutaire, et il faut donc aussi des jusqu’au boutistes.

    Les musulmans que je cotoie tous les jous sont à même de comprendre une critique radicale de leur culte : Ils ne sont pas susceptibles ni débiles, et leurs mécontentements va se retourner plutôt contre les fanatiques que contre les athées ou blasphémateurs de tous poils.
    Ils savent à qui ils ont affaire en vivant en France, et sont même contents de vivre dans un pays où on peut exagérer librement.

    Même à l’égard du front national, je pense que vous vous trompez lourdement en le traitant de fasciste. Je suis en train de lire le « parlez-moi de la France » de Michel Winock, et ce dernier rappelle à bon escient que ce mouvement populiste n’est pas fasciste, car « le fascisme est d’abord une militarisation de la société » (page 142).

    Et il faut donc combattre ce parti répugnant avec plus d’objectivité. Les gens ne comprennent votre angle d’attaque, surtout en cette période où les attentats recommencent, et surtout que vous utilisez aussi le concept de « fascislamisme » à propos des islamistes.
    Vous faites du fascisme un concept fourre-tout illisible. Vous brouillez dangereusement sa définition.

    C’est votre grande erreur depuis « l’idéologie française » (livre clairvoyant par certains côtés, mais dont le titre est erroné, car la France ne peut se réduire à ce concept, comme vous le laissez entendre, alors que vous ne le pensez même pas).

    Moi, par exemple, je suis un patriote français. Vous avez magnifiquement expliquer qu’une patrie est une idée, et pas une terre. Mais je comprends aussi les gens qui sont attachés à leurs racines, alors que pour vous, cela est tout de suite suspect et condamnable, quand cela se passe dans l’hexagone.
    Vous exagérez, car vous avez tout comme moi beaucoup de sympathies pour les patriotes israéliens. Vous avez aussi défendu les bosniaques et autres peuples ayant soif de liberté et d’autonomie.
    Alors, entre nationalisme et patriotisme, les frontières étant parfois minces, je me sens plus proche de Finkie que de vous actuellement, car il fait l’effort de réfléchir sur ce sujet sans diaboliser à outrance.

    Je trouve donc qu’en ce moment, vous jetez l’anathème infâmant sur tous ceux qui ne pensent pas comme vous, et ça envenime le débat démocratique, et vous décridibilise.
    Et c’est Marine le Pen qui se frotte malheureusement les mains de vos erreurs de stratégie.

    J’aimerais donc que mon modeste point de vue vous fasse réfléchir. Je vous suis dans tous vos combats, et vous êtes un de mes écrivains préférés, et c’est pourquoi je me permets.

    Pensées cordiales.

  • POUSSARD dit :

    Merci, Monsieur Lévy, merci de vous indigner des massacres des chrétiens dans tant de parties du monde, merci de vous indigner du silence (à peine troublé ces derniers jours) qui entoure ces persécutions. Merci de positiver les atroces expériences historiques des Juifs.
    Merci de proposer de « PARLER. TEMOIGNER. S’INDIGNER » et même « PRIER ». C’est ainsi que vous appelez à une journée mondiale de prière commune entre les trois religions du Livre.

    J’ai mal pour nos frères chrétiens persécutés, j’ai mal pour les musulmans qui se prennent pris dans la culpabilité sans y pouvoir mais, j’ai mal pour tous les musulmans qui détournent leurs yeux ou leurs pensées de ces atrocités, j’ai mal pour ceux qui en ricanent, j’ai mal pour ceux qui croient servir leur dieu ainsi… J’ai besoin d’agir. J’ai besoin de dire ma souffrance mes refus mes espérances. J’ai besoin de me sentir en communion avec ceux qui refusent la barbarie. Je souhaite ardemment que votre proposition soit entendue… Je souhaiterais même davantage… Que cette commune indignation, que cette commune proclamation du désir de vivre ensemble dans le respect et la convivialité, puisse s’exprimer de manière répétitive pour que ce ne soit pas un simple frisson d’émotion, mais que cela permette une autre forme de dialogue inter-religieux qui se vive au-delà des autorités religieuses, qui se vive dans le vif du réel, au-delà des discours. Vivre cela régulièrement serait une manière de témoigner et d’enraciner en nous cette volonté de faire front pacifiquement à la haine absurde et nourrirait la volonté de mieux se connaître et de mieux se comprendre.

    Je rêve d’un grand mouvement inter-religieux populaire et plein d’amour.

    En tout cas encore merci pour votre réaction et merci peut-être d’accepter d’aller encore plus loin.
    YP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>