Combattants de la liberté, par Alexis Lacroix (L’Express, octobre 2018)

raymond_aron-1024x664

Un beau documentaire est consacré Aron, tandis que BHL s’apprête à défier les nationalistes antieuropéens depuis Manhattan.

Remémorer les engagements de Raymond Aron ? Le scrupuleux sociologue n’appartient-il pas déjà au passé, à une histoire révolue et soldée ? Manifestement, Fabrice Gardel pense l’exact inverse. Dans son documentaire Raymond Aron : le chemin de la liberté, juste et rythmé, diffusé par Public Sénat, il rend présents les grands moments de la trajectoire de ce fils de la République né en 1905 de parents juifs, lorrains et dreyfusards : le séjour « fondateur » du jeune sociologue « wébérien » dans le Berlin de 1931, déjà nazifié ; la Résistance à Londres, à la tête d’une revue, La France libre ; le plaidoyer – solitaire, à droite – pour l’indépendance de l’Algérie ; le saisissement de 1967, lorsque Israël échappe in extremis à la destruction ; le soutien à VGE(*) et la lucidité sur la menace soviétique… Aron, toujours et chaque fois, est fidèle à une obsession : il est hanté par la vulnérabilité des démocraties. Utile, désormais qu’un autre opium, le narcotique nommé illibéralisme – cocktail de populisme, de fascination pour la brutalité et de rejet de l’Europe – abolit la vigilance de tant de nos contemporains.

Aron, aujourd’hui, pourrait-il louer une salle à Broadway pour défendre l’European dream ? Sans doute ! C’est en tout cas ce que s’apprête à faire un philosophe français qui se veut combattant de la liberté, Bernard-Henri Lévy. Il y a quatre ans, il a marqué l’esprit des Vénitiens en y produisant sa pièce, assez prémonitoire, Hôtel Europe. Lundi 5 novembre, il montera lui-même sur les planches newyorkaises et y donnera Looking for Europe, prélude a une tournée paneuropéenne de plusieurs mois. De Budapest à Kiev et de Stockholm à Milan, BHL veut intensifier la bataille culturelle. Dans l’espoir de barrer l’autoroute à tous ceux qui, dans les urnes, en mai prochain, entendent balayer l’Europe des progressistes. Et humilier Emmanuel Macron. Il a raison. Oui, la liberté est fragile ! Puissions-nous nous en souvenir…

 

Capture d’écran 2018-10-12 à 12.39.49

(*) Valéry Giscard d’Estaing, par Eric Roussel, Ed. de L’Observatoire.

https://www.lexpress.fr/culture/combattants-de-la-liberte_2043621.html


Classés dans :,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>