Charles Baudelaire

Charles Baudelaire

Poète, critique d’art, essayiste, traducteur.

Les dates-clef de Charles Baudelaire

1821 : naissance à Paris de Charles Baudelaire
1827 : mort de son père.
1844 : Charles Baudelaire est pourvu d’un conseil juridique qui prétend l’empêcher de dilapider son héritage.
1845 : premières publications. Le Salon de 1845.
1857 : Les Fleurs du Mal. Procès.
1860 : Les Paradis artificiels.
1864 : départ pour Bruxelles.
1866 : Charles Baudelaire est atteint de paralysie.
1867: Mort de Charles Baudelaire.

Les oeuvres-clef de Charles Baudelaire

Salon de 1845 (1845)
Salon de 1846 (1846)
Les Fleurs du Mal (1857)
Les Paradis artificiels (1860)
Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris (1869) posthume.
Mon coeur mis à nu (1864) journal intime.
Baudelaire fut également parmi les premiers traducteurs en français d’Edgar Allen Poe qu’il contribua à faire connaître en France.

Bernard-Henri Lévy et Charles Baudelaire

Bernard-Henri Lévy a consacré au poète un roman, maintenant ancien mais resté comme un véritable roman-culte: Les derniers jours de Charles Baudelaire, 1988, Grasset. Ce roman a été empêché, à la dernière minute, d’obtenir le Prix Goncourt par une campagne de presse menée en particulier par la critique Françoise Xénakis. Au sein du jury, la campagne anti-Lévy fut menée par l’ancien Prix Lénine de Littérature, André Stil. Le Prix revint à Eric Orsenna. Bernard-Henri Lévy obtint le Prix Interallié. Ce livre occupe une place très importante dans la vie et l’oeuvre de Bernard-Henri Lévy. Car il exhume la  » philosophie implicite  » de Baudelaire. A savoir un antinaturalisme, un anti-historicisme, un antiprogressisme et une méfiance face à l’idée de Révolution où l’on n’a pas de peine à retrouver des leitmotivs de la pensée de Lévy lui-même.

Citations de Bernard-Henri Lévy sur Charles Baudelaire

« Mettons que Baudelaire soit l’une de mes références fétiches. Mettons aussi qu’il soit l’écrivain français dont je me sente, sur le fond, le plus proche. Et quand je dis ‘ sur le fond ’, je ne pense pas seulement au poète, mais au prosateur, j’allais presque dire au philosophe – je pense à l’auteur des Salons, au critique de Delacroix, au thuriféraire de Wagner, au contempteur du Progrès, de la Nature, du ‘ Socialisme ’ à l’amoureux des villes, au haïsseur des terroirs, à l’ennemi juré de toutes les prisons, de toutes les régressions communautaires ; à l’éloge du maquillage et à la célébration de l’artifice, au prophète d’une littérature froide sans tremblé ni hasard, à l’impeccable catholique qui n’a cessé, sa vie durant, de rappeler aux euphoriques de son temps la réalité du péché, la pérennité du Mal dans l’histoire, bref, à celui qui, dans l’ordre politique autant que sur le registre métaphysique ou esthétique, a été et reste encore le plus fécond de nos modernes.
(Baudelaire-Roman, Questions de principe trois, Livre de Poche, 1990, p.225)

« Cette solitude de Baudelaire dans sa chambre d’hôtel bruxelloise m’est surtout apparue (…)comme une sorte de situation limite où je trouvais condensés les paradoxes, les énigmes, les intensités et exemplarités qui font, qui sont, la littérature moderne ».
Questions de principe trois, Livre de Poche, 1990, p.232.


Tags : , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>