1992-1995: la Bosnie (par Gilles Hertzog)

sarajevo-13-aout-1995Non, la guerre ne fut jamais jolie, et celle-là encore moins.

Pas plus, elle n’aura été, cette guerre de Bosnie, matière à littérature, ni prétexte à quelque romantisme que ce soit. Et lui, témoin du retour du pire au coeur de l’Europe, stratège bouillant mais la tête froide, homo politicus improvisé, aux basques des Munichois petits et grands, diplomate à l’arraché à l’assaut continûment des Norpois, arpenteur de tranchées cent fois sur le terrain et frère des combattants bosniaques, il aura été, plume et caméra en main, toutes mèches allumées, le contraire d’un moderne Fabrice à Waterloo (lequel, au coeur de la mêlée, pris dans la folie guerrière, grisé par le bruit et la fumée, ne savait pas d’où venaient les balles, oubliait l’issue et pourquoi il combattait.

Soit Lévy, un homme en guerre, qu’il mena à pleines forces, sans vraiment souffler.FRANCE-LEVY-GIROUD
Lui qui, comme nous, savait mal, à l’aube aux doigts de sang sur la Yougoslavie, où situer cette Bosnie-Herzégovine dont le sort, jour après jour, allait, trois ans durant, nous hanter, il devint, sous l’empire du dégoût, de l’esprit de résistance et, bientôt, de la rage de vaincre assiégeants de Sarajevo et assassins Grands Serbes, un de ces fabricants inlassables d’indignation, grands mobilisateurs d’opinion qui, de la guerre d’Espagne à la guerre d’Algérie et du Vietnam, par leur geste et leurs écrits, images et films, de meetings en délégations, de pétitions en manifestations, de Guernica à l’Espoir, des Grands cimetières sous la lune au Silence de la mer, du Manifeste des 121 à Bosna!, auront sauvé l’honneur des démocraties aveugles ou lâches, apporté aux combattants de la liberté sur le terrain, civils ou militaires, le renfort de millions de citoyens du monde, et fait souffler une fois de plus le grand vent de la justice et de la fraternité humaines.
Pour tous ceux qui furent de ce long moment et de ce mouvement aux mille actions, reste un grand souvenir fraternel, à Sarajevo, Paris et ailleurs.

Gilles Hertzog

Gilles Hertzog est le petit-fils de Marcel Cachin, cofondateur du Parti communiste français. Diplômé de Sciences-Po, il a été éditeur pendant vingt ans chez Plon et est aujourd’hui le Directeur de la Publication de la revue la Règle du Jeu, fondée et dirigée par Bernard-Henri Lévy dont il est l’un des très proches.

Photo 1 : Avec Gilles Hertzog. Sur les hauteurs de Sarajevo, à l’entrée du fameux « tunnel » du Mont Igman. (c) Alexis Duclos.
Photo 2 : Entouré de Gilles Hertzog, Françoise Giroud, Jacques Julliard et, au second plan Bernard-Henri Lévy vient, pour la énième fois, plaider, à l’Elysée, la cause de la Bosnie martyre. (c) Alexis Duclos.


Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>