Sarajevo, mon amour. Salut à PPDA. De quoi souffre, vraiment, l'Europe ? (Le Point, le 19 juin 2008)

BLOC NOTES

Nouveau retour à Sarajevo. Comme chaque année, ou presque, depuis quinze ans, retour dans cette ville que j’aime et où j’ai tant de souvenirs. Le centre André-Malraux a eu l’heureuse idée de lancer, à travers la presse, sorte d’appel à témoins destiné à retrouver les survivants du film-« Bosna ! »-que nous avions, avec Alain Ferrari et Gilles Hertzog, tourné au plus fort du siège et des combats.

Ils sont tous là-commandants et simples combattants croisés dans une tranchée et jamais revus depuis ; insurgés de la première heure devenus, comme Jovan Divjak, directeur d’une fondation à destination des orphelins de guerre ou carrément, comme Haris Siladzic, président de la République ; mon ami Samir Landzo ; le conseiller de l’ancien président Izetbegovic, aujourd’hui ambassadeur en Inde, Kemal Muftic ; ou encore le soldat inconnu qui posait de dos sur l’affiche du film et dont je ne connaissais pas le visage. Ils sont là, oui, si émouvants et eux-mêmes, je crois, si émus, à ce rendez-vous de la fidélité, de l’amitié, de la mémoire. Ils ont eu des destins divergents. Ils ont, sur l’avenir de leur pays, des opinions forcément différentes. Mais ils semblent heureux de se retrouver. Heureux d’évoquer, ensemble, ce passé de souffrance et de résistance. Et tous d’accord, en revanche, sur une analyse que je me dois de rapporter : le scandale que ce serait si l’Europe, qui les a laissés mourir, les trahissait une seconde fois en leur fermant la porte de l’Union. Ils ont raison. Ils ont même, si j’ose dire, plus raison encore qu’ils ne le croient. Car les valeurs de la Bosnie étaient les valeurs de l’Europe. En sorte que, si la Bosnie a besoin de l’Europe, l’Europe a, elle aussi, et pour cette raison même, un besoin vital de la Bosnie.
A Paris, le jour de mon retour, la presse n’est pleine que de l’éviction, par la nouvelle direction de TF1, de Patrick Poivre d’Arvor. J’ai horreur des visions complotistes et paranoïaques du monde. Et je me méfie donc, par principe, du discours à la mode sur le grand méchant Sarkozy patron secret de tous les médias de France et de Navarre. Mais là, franchement… A qui fera-t-on croire que le pouvoir n’est pour rien dans la mise au placard d’un journaliste à qui le président de la République a plusieurs fois signifié lui-même, à mots couverts mais publiquement, qu’il n’appréciait pas sa causticité, son insolence ?

De qui se moque-t-on quand on nous explique, avec force considérations sur le nécessaire « rajeunissement » du paysage audiovisuel français, que c’est une logique industrielle, vous entendez bien : in-dus-tri-elle, qui a décidé la chaîne à se priver de son emblème, de son étendard, depuis vingt ans ? Oublions, un instant, la vulgarité du procédé. Passons sur l’innovation intéressante qu’est, comme dit Michèle Stouvenot dans le JDD , le « licenciement par SMS ». Poivre était-et, grâce au ciel, il reste-un électron libre, un journaliste indépendant et parfois capricieux, un homme qui avait ses convictions, ses émotions, pas toujours compatibles avec l’univers ouaté, aseptisé, formaté, mis au carré, qu’on croit devoir offrir à la trop fameuse ménagère de moins de 50 ans. François Mitterrand, qu’il agaçait, en rêvait. Nicolas Sarkozy, qu’il exaspérait, l’a fait. Et c’est, qu’on le veuille ou non, la Grande Normalisation qui se poursuit. Décapiter TF1 après avoir mis le feu aux chaînes du service public : c’est la même démarche ; la même tentative de mise au pas ; c’est, par des moyens différents mais convergents, la même tentative-probablement vaine mais il faudra du temps, hélas ! pour que s’en avisent les enfants-rois qui nous gouvernent-de normalisation, soumission, arraisonnement des grandes arènes de l’espace public.
L’Europe, encore. Le non irlandais au traité simplifié n’est pas un incident, c’est un événement. Et cet événement est considérable. On y reviendra, naturellement. Mais on notera, d’ores et déjà, qu’on paie là le prix d’une erreur très simple et que nous sommes quelques-uns, avec Philippe Val et d’autres, à dénoncer depuis des années-sans relâche, mais dans le désert. Personne ne parle plus d’Europe. Aucun de nos hommes d’Etat, fussent-ils européens de coeur et de conviction, n’ose plus, depuis des années, en parler autrement que sous l’angle des avantages concrets, immédiats, matériels que vont pouvoir en tirer les nations dont ils portent les couleurs.
Tous, ou presque tous, se sont, lentement mais sûrement, accordés sur ce profil bas qui consiste à susurrer aux oreilles de leurs peuples respectifs : « Faisons l’Europe, non parce que c’est l’Europe, non parce que c’est un projet politique neuf, exaltant, porteur de valeurs spécifiques, magnifique, mais parce que c’est bon pour les nations et, d’abord, pour la nôtre. » Comment veut-on, après cela, que tel ou tel peuple, en l’occurrence les Irlandais, ayant tiré de l’Union tout le profit qu’il pouvait espérer en tirer, n’empoche son bénéfice et ne sorte du jeu ? Comment veut-on, si l’Europe n’est rien d’autre qu’une bonne occasion, pour chacun, de se renforcer au détriment des autres, que l’Irlande, fortune faite, n’estime le moment venu de nous faire un bras d’honneur et de partir ?
L’Europe n’a pas besoin, comme on nous le serine depuis dimanche, d’explications, de pédagogie, de projets concrets, etc., mais de souffle.

Bernard-Henri Lévy


Tags : , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>