Plaintes contre l’Etat : BHL les jugent “profondément anti-républicaines”

Bernard-Henri-Levy-Qui-est-l-ennemi

 

Dans une tribune intitulée ’63 plaintes ? Pitié pour la République’, Bernard Henri-Lévy prend le parti de l’Etat après les nombreuses plaintes accusant le pouvoir de ne pas avoir géré la crise sanitaire correctement.

« Il y a quelque chose d’étrange dans ces 63 plaintes en demande d’instruction devant la Cour de justice de la République. » Voici les premières lignes du texte de Bernard Henri-Lévy pour la revue La Règle du Jeu. L’écrivain a jugé que les 63 plaintes contre le gouvernement, (aujourd’hui plus de 71), pour sa gestion de la crise liée au coronavirus, étaient « profondément anti-républicaines ».

 Une « protestation à la fois infantile et gâteuse » 

BHL poursuit : « Il fut un temps où l’on reprochait au pouvoir d’avoir la main lourde et de procéder par abus de pouvoir », rappelant la crise des gilets jaunes l’an passé, ; « là, on lui reproche d’avoir la tête légère et d’être en défaut de puissance ». « Il fut un temps où l’on se méfiait du plus froid de tous les monstres froids ; là, avec cette idée d’un État supposé tout savoir et indigne de son propre savoir, c’est l’idolâtrie du monstre qui suinte par tous les canaux de cette protestation à la fois infantile et gâteuse », écrit-il. D’après l’auteur des lignes, les plaignants vont trop loin en pensant un « État qui devrait être tout, savoir tout, décider de tout et qui n’en est pas capable ». Il qualifie l’autorité jugée par les plaignants de « pouvoir-savoir » selon le philosophe Michel Foucault. Il définit cette autorité comme « l’homme fort des dictatures et des régimes autoritaires ; c’est le Grand Inquisiteur de Dostoïevski ; c’est le dernier des maîtres s’emparant du dernier des hommes pour l’affranchir de l’incertitude et le libérer de la liberté ».

« On se demandait où étaient passés les populistes. Eh bien, les voici », lance BHL avant de justifier, « car, ce chœur de Fouquier-Tinville de centre commercial où les Le Pen et autres Mélenchon peuvent très bien se contenter du rôle de seconds ténors, c’est la musique même du populisme ». Pour lui, « ces poseurs de plaintes sont autant de poseurs de bombes placées aux fondements de la République », conclut-il.

Rappel des faits

Vendredi 22 mai au soir, plusieurs organes de presse révélaient que 71 plaintes avaient été déposées contre l’État ou un membre du gouvernement à cause de la mauvaise gestion de la crise liée au coronavirus. C’était un « chiffre record », avait relayé BFMTV. Par la suite et afin de gérer au mieux l’ensemble des revendications, trois avocats avaient préparé une action collective nationale en justice. Ils écrivaient dans une tribune, publiée sur franceinfo samedi 23 mai, que c’était dans le but de « rétablir le rapport de force et faire peser la balance de la justice du côté de la vérité et de la réparation ». Il s’agit d’avocats aux barreaux de Marseille, Géraldine Adrai-Lachkar, Strasbourg, François Ruhlmann, et Paris, Christophe Lèguevaques.

https://www.valeursactuelles.com/societe/plaintes-contre-letat-bhl-les-jugent-profondement-anti-republicaines-119762


Classés dans :,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>