« Looking for Europe », la pièce de BHL, se joue à guichet fermé au Public Theater de New York le 5 novembre 2018

139999

Le célèbre Public Theater de New York a annoncé une vente « sold out » en un heure pour la représentation de Bernard-Henri Lévy « Looking for Europe », la reprise d' »Hotel Europe », « cette pièce de colère et d’espoir écrite en 2014.  Créée, cette année-là, avec Jacques Weber, au Théâtre national de Sarajevo ; jouée à La Fenice de Venise, au Théâtre de l’Atelier à Paris, à l’Opéra de Kiev et d’Odessa, à Spoleto ou, sous le titre « Last Exit Before Brexit », au Cadogan Hall de Londres ; elle annonçait cette nouvelle crise de la conscience européenne en même temps qu’elle offrait des pistes pour y remédier. »

La pièce « Looking for Europe« ,  a été écrite à l’origine sous le titre « Hotel Europe », pour le centenaire de l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand d’Autriche  à Sarajevo, événement qui a déclenché la Première Guerre mondiale et conduit à la dissolution du Empire austro-hongrois. Ce texte, présenté à Sarajevo le 27 juin 2014, avec Jacques Weber, s’est rendu ensuite au célèbre Théâtre de La Fenice de Venise, puis au Théâtre de l’Atelier à Paris pour une saison d’automne. En 2015, Bernard-Henri Lévy en a joué le rôle à l’Opéra national d’Odessa, à l’Opéra national de Kiev, à l’Opéra national de Lviv et au Festival dei 2mondi de Spoleto.

BHL a également interprété une adaptation du texte au contexte britannique, « Last Exit Before Brexit », en juin 2018 au Cadogan Hall de Londres », à propos de laquelle Paris Match avait écrit : « nous partons convaincus d’avoir participé à une véritable performance unique dans une vie « .

Pour la représentation new-yorkaise, « Looking for Europe » a été entièrement réécrite pour faire face à la crise de la démocratie aux USA et au retrait de ces derniers de la scène mondiale. C’est un one man show où un écrivain français se souvient, sans nostalgie mais avec ardeur, de l’Amérique qu’il aime. Il se souvient de sa découverte de Barack Obama, du décès de l’ambassadrice Pamela Harriman et d’une rencontre avec Jacqueline Kennedy Onassis. Il ramène sur scène les fantômes d’écrivains qu’il a connus et admirés, tels que Philip Roth, Norman Mailer et Jim Harrison. Et bien sûr, il ne peut s’empêcher de maudire les mauvais bergers qui volent l’âme de l’Amérique et la conduisent à la perdition.

Le soir du 5 novembre 2018, un homme est confiné dans sa chambre d’hôtel quelques heures à peine avant qu’il ne prononce un discours la veille des élections législatives à mi-mandat du Congrès des États-Unis devant un groupe de militants américains. Il s’agit bien de Sarajevo, la ville qui, 25 ans plus tôt, a été sacrifiée par l’Amérique et l’Europe pendant quatre ans aux mains de la Serbie. Le sujet du discours est censé être un hymne à l’Europe et à sa fraternité transatlantique avec l’Amérique. Mais au moment où le protagoniste commence à rédiger le discours, rien ne lui vient. Il se sent dévasté par la résurgence des nationalismes, du populisme et de l’antisémitisme des deux côtés de l’Atlantique. Il est enragé par le recul de l’Occident sur la scène mondiale, au moment où des dirigeants non libéraux, comme Erdoğan et Poutine, saisissent les occasions de déstabiliser et de détruire l’ordre géopolitique. Ce qui suit est un « discours dans le discours », un courant de conscience semblable à celui de Joyce, un vacillement à l’abîme postmoderne et un plaidoyer passionné pour les valeurs et le leadership américains.

A ce sujet, Bernard-Henri Lévy dit aussi qu’il s’agit aussi d’un « pari sur l’Europe, ma croyance en cette grande Idée dont nos pères nous ont transmis le legs, ma conviction qu’elle seule, cette Idée, a eu la force, hier, de hisser nos peuples au-dessus d’eux-mêmes et de leur passé criminel et qu’elle seule aura la force, demain, de conjurer le retour des démons, celui des totalitarismes et celui, en conséquence, de la crise et de la misère – tout cela me tient trop à cœur, tout cela m’est, depuis la chute du Mur de Berlin, l’objet d’un engagement personnel trop vital et trop constant, pour que je puisse, trente ans plus tard, me résoudre à baisser les bras.  »

https://www.publictheater.org/Tickets/Calendar/PlayDetailsCollection/18-19-Season/Looking-for-Europe/?SiteTheme=

 

Capture d’écran 2018-10-12 à 12.47.36

 


Classés dans :,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>