Libération, Elle, le Huffington Post et La Règle du Jeu lancent un appel : « Des Lettres pour Sakineh »

isabelle adjani 1La mobilisation lancée par Bernard-Henri Lévy et ses amis dimanche dernier vient de passer au niveau supérieur. Avec l’appui de sa revue, La Règle du Jeu, mais aussi de deux journaux français, Elle et Libération, les signataires de la pétition « Il faut sauver Sakineh » lancent un appel aux plumes pour que, chaque jour, parvienne une lettre à Sakineh. Ici, aux Etats-Unis, l’initiative a été immédiatement relayée par le puissant Huffington Post où Bernard-Henri Lévy dispose, je le rappelle, d’un espace  éditorial . Je mets en ligne, à mon tour, le texte de présentation de l’initiative cosigné par les trois rédactions (Elle, La Règle du Jeu et Libération). Je mets également en ligne la première lettre, signée par la grande Isabelle Adjani. Et puis aussi, pour mémoire, le texte de Bernard-Henri Lévy publié, en anglais, dans le Huffington Post et où l’infatigable philosophe présente l’initiative au public américain.
Liliane Lazar

________________________________________________________________________________________

1. Le texte de présentation de l’initiative « Des lettres pour Sakineh » (cosigné par les rédactions de Libération, Elle et La Règle du Jeu).

« Chaque jour qui passe est peut-être le dernier jour de la vie de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Chaque heure qui vient la rapproche inéluctablement de cette mort par lapidation à laquelle la justice iranienne l’a condamnée. Cette femme, qui croupit depuis 5 ans dans la prison de Tabriz, a été condamnée, au terme d’un simulacre judiciaire dont l’Iran a le secret. Deux relations amoureuses hors mariage sont le prétexte de ce verdict qui l’expose à une mort atroce. On tue avec des pierres, on sauve avec des mots.

La Règle du jeu, Libération et le magazine Elle prennent donc aujourd’hui une nouvelle initiative. Artistes, intellectuels, hommes et femmes politiques ainsi que nos lecteurs, tous sont sont invités à nous faire parvenir un message . Une citation, un témoignage de solidarité, une prière: tous les messages sont les bienvenus  pourvu qu’ils disent à Sakineh qu’elle est moins seule qu’il n’y paraît et à ses assassins que le monde les regarde et les juge.

Chaque jour, Sauvons Sakineh ! »

________________________________________________________________________________________

2. La lettre d’Isabelle Adjani

« Sakineh, votre nom bat dans mon cœur, et mon coeur bat en vous écrivant. Votre nom est sur toutes les lèvres et se murmurera à faire crever les tympans des juges qui restent sourds aux gémissements des femmes dont vous êtes l’irréductible figure de liberté. Vous êtes la vraie femme, cruellement riche d’une possibilité inédite: celle qui charnellise un sens de la justice qui donne au monde entier un frisson de révolte; celle qui lui arracherait la peau si nous n’étions pas capables de vaincre l’obscurantisme délibéré d’hommes enragés par la puissance de votre existence.

Celle qui vous écrit n’est qu’une actrice française dont la vocation artistique tente de prendre sur elle, le plus humainement possible, les failles et les tourments d’héroïnes souvent tragiques. Elle n’est que l’infime prolongement du “fragment de notre destinée de femme” que vous représentez et de votre refus de ce “savoir mourir” imposé par ceux qui s’obsèdent, au nom d’une ignorance criminelle, à vouloir liquider la magnificence de votre dignité. Ils enragent jusqu’à la folie, ceux-là, à  la seule idée de l’amour – mais oui – qu’il y a dans votre liberté. Je vous laisse, chère Sakineh, vous qui ne nous quittez pas.»

________________________________________________________________________________________

3. Le texte de Bernard-Henri Lévy dans le Huffington Post (suivi de la traduction, en anglais, de la lettre d’Isabelle Adjani).

« A new initiative to try to save Sakineh Mohammadi Ashtiani has just been launched in France.  Inspired by last week’s petition, signed here by Mia Farrow, Jody Williams, Ayaan Hirsi Ali, the author of these lines, and a few others, this new initiative is a joint initiative of a major women’s magazine that is well known in the United States (Elle), a daily newspaper of the left (Libération), and a literary review (La Règle du Jeu). What does it consist of?  In substance, it amounts to a daily letter to Sakineh Mohammadi Ashtiani.  Starting today and every day, an artist, an intellectual, a political leader or simply an internet regular will send an open and public message of solidarity with the young Iranian presently living on death row at Tabriz prison, waiting for the sentence of stoning to death to be carried out.  Long or short messages, a quote or citation, a word, a poem, a plea, a cry—all of these will be welcome as long as they let Sakineh know that she is not as alone as it may seem to her, and as long as they let her assassins know that the world is watching them and judging them.  Here, for the readers of Huffington Post, is the first of these letters, signed by the great French actress, Isabelle Adjani.  Others will follow.  Many others.  Let’s pray for Sakineh.»
Bernard-Henri Lévy

“Sakineh, your name beats in my heart, and my heart beats, writing to you.  Your name is on all lips and will be murmured to burst the eardrums of the judges who remain deaf to the moans of the women among whom you are the invincible figure of liberty.  You are the real woman, cruelly rich with unrealized possibilities, the one who gives flesh and blood to a sense of justice that makes the entire world shiver in disgust, the one that would rip its skin off were we not capable of conquering the deliberate obscurantism of men who are enraged by the power of your very existence.
The woman writing you is only a French actress whose artistic vocation leads her to take on, as humanly as possible, the faults and the torments of often tragic heroines.  She is only the minute extension of the «fragment of our destiny as women» which you represent and of your refusal of this «savoir mourir» forced upon you by those who are obsessed, in the name of criminal ignorance, with the desire to liquidate the magnificence of your dignity.  They are crazed with rage at the simple idea of love—yes, love—your liberty represents.  I leave you, dear Sakineh, you who remain with us constantly.”                   .
Isabelle Adjani


Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>