Les peshmergas, seul rempart face à Daech, par Bernard-Henri Lévy

mossoulUne conférence anti-Daech s’est tenue à Paris, mardi 2 juin.

Il y avait là les Etats-Unis, arc-boutés sur leur refus d’envoyer le moindre soldat au sol.

L’Arabie saoudite, chargée du «groupe de travail» consacré aux « ressources » de l’Etat islamique (on croit rêver quand on sait le rôle qu’elle a joué dans son financement initial!).

La Turquie, présidant celui sur les « transferts de combattants » (on a bien lu : la Turquie, oui, dont nul n’ignore qu’elle est l’un des points de passage des candidats au djihad partis d’Europe ou qui y reviennent!).

L’Australie, parce qu’elle a daigné envoyer une poignée d’instructeurs dans les Emirats.

L’Irak, dont l’armée s’était effondrée, quinze jours plus tôt, à Ramadi.

Il y avait là une quinzaine de représentants d’autres pays, type Nouvelle-Zélande ou Belgique, dont on se demandait bien ce qu’ils y faisaient.

Mais la seule armée qui, à ce jour, fait face aux coupeurs de têtes, la seule capable de tenir un front de 1 000 kilomètres et davantage, la seule à n’avoir pas cédé un pouce de territoire et à avoir même repris, près de Sinjar ou au-dessus du barrage de Mossoul, des positions stratégiques essentielles, l’armée sans le renfort de laquelle la ville symbole de Kobané serait, en janvier, tombée aux mains des barbares qui en contrôlaient déjà les trois quarts, l’armée kurde en un mot, l’armée kurde irakienne et ses peshmergas héroïques, n’avait pas été invitée.

L’affaire peut paraître anecdotique.

D’autant que ce rendez-vous absurde n’a évidemment débouché sur rien.

Mais elle est significative de l’emprise qu’exercent sur la coalition deux acteurs aux buts de guerre pour le moins problématiques.

L’Irak, dont le Kurdistan n’est, administrativement, qu’une « région autonome » et dont les dirigeants, plutôt que de céder un pouce de leur souveraineté faillie, ont préféré censurer le témoignage des seuls combattants de terrain à avoir quelque chose de précis, de concret et de positif à rapporter.

Et la Turquie, que son appartenance à l’Otan n’a, en tout cas pour le moment, jamais pu faire dévier de sa ligne obsessionnellement antikurde : à tout, vraiment tout, semble penser Erdogan, je suis prêt à toutes les manœuvres et à toutes les alliances, je suis prêt à jouer la carte de l’islamisme le plus radical et le plus criminel, plutôt que de prendre le moindre risque de voir les Kurdes turcs exciper de la vaillance de leurs frères irakiens pour rappeler à la communauté internationale leurs droits en souffrance.

Or la situation est tragiquement claire. Les Etats-Unis d’Obama ne voulant à aucun prix d’un engagement terrestre, il y a deux forces, et deux seulement, capables de tenir tête à Daech.
Ou bien les milices chiites.

Mais d’abord, ce n’est pas certain.

Elles n’ont pas donné tant de preuves que cela, jusqu’ici, de leurs capacités militaires.

Et, quand bien même elles le feraient, le prix à payer pour la région serait celui d’un renforcement dramatique de l’Iran – avec le cortège de crimes de guerre, de punitions collectives à l’encontre des sunnites et des chrétiens, de kidnappings, de terreur, observé dans les villages « libérés » par les « Brigades de la vengeance ».
Ou, alors, les peshmergas, dont je répète qu’ils sont les seuls à avoir infligé à l’ennemi des revers décisifs et dont le projet politique, le goût et la pratique du pluralisme, la conception de l’islam, de la liberté de conscience et de foi, la place qu’ils reconnaissent aux femmes dans la société et dans l’armée sont sans exemple dans le monde musulman et deviendraient, s’ils l’emportaient, un modèle pour la région.

Aiderons-nous, donc, les Kurdes à nous aider ?
Les aiderons-nous à porter, avec nous, les valeurs de la démocratie et du droit ?
Ce serait le choix de la raison et de l’honneur.
C’est le seul parti possible pour une coalition soucieuse de sauver la civilisation en même temps qu’elle vaincrait le terrorisme.

Mais il est vrai que cela suppose de livrer à Erbil les Milan filoguidés, les armes antichars, les chars, dont les peshmergas manquent cruellement et sans lesquels les meilleurs combattants du monde sont impuissants face à des barbares surmotivés, surarmés et qui viennent encore de faire main basse sur les arsenaux de l’armée irakienne à Ramadi.
Et il est vrai que cette aide militaire massive supposerait, elle-même, une politique résolue à passer outre le veto de Bagdad, à aller contre les mauvais calculs d’Ankara, à éviter le redoutable piège tendu par Téhéran, bref, à s’opposer au grand jeu des trois empires (arabe, ottoman et perse) en train de se reconstituer et dont tout indique que ce n’est pas le bel héritage qui fait, ici, retour.

François Hollande, lorsqu’il reçut à l’Elysée, début avril, les commandants peshmergas conduits par le ministre Mustafa Sayid Qadir, y semblait prêt.

Mais où en sont ses alliés ? Que veulent-ils ? Se pourrait-il qu’ils se résignent à laisser l’Histoire s’écrire sans eux – c’est-à-dire, comme d’habitude, contre eux – dans cette nouvelle zone de tempêtes qui s’étend de Bagdad à Damas et dont les ondes se ressentent jusqu’à New York, Londres, Berlin ou Paris?

Réponse dans les prochaines semaines.

Les Kurdes, malgré leur courage admirable, ne tiendront plus longtemps sans renfort.


Tags : , , ,

Classés dans :, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>