Les empires du côté obscur (« Watch out for the rise of empires », BHL sur CNBC, mars 2017)

Capture d’écran 2017-04-02 à 20.45.54

Bernard-Henri Lévy était l’invité de la chaîne américaine CNBC, la grande chaîne américaine d’informations, cette semaine à New York, en marge d’une série d’événements auquel l’écrivain, philosophe et réalisateur a participé ces derniers jours aux Etats-Unis. Interrogé sur les grandes dynamiques en matière de politique internationale, BHL a proposé de s’attarder sur un mouvement géopolitique de fond et de lancer un appel : la montée en puissance de cinq empires menaçant la place considérée comme immuable depuis quelques décennies et dévolues à l’Europe et aux Etats – Unis. Selon lui, si ces dernières entités continuent de se retirer de la grande scène globale, de poursuivre sur la voie de l’isolement, du protectionnisme, et du souverainisme, la boussole indiquant la direction de quelques valeurs démocratiques non négligeables, risque, à plus ou moins court terme, de s’affoler. Repliées sur elles-mêmes et laissant vacants moult espaces politiques, idéologiques, culturels, et économiques où d’autre se pressent et s’engouffrent, gagnant pas à pas du terrain et outrepassant quelques précieuses pièces- maîtresse de notre “folklore” républicain, nos belles nations risquent bel et bien de sombrer collectivement.

Aujourd’hui, en Europe, nous assistons à la renaissance en force du nationalisme, mais en ce qui concerne le reste du monde, nous assistons à la renaissance des empires.

Un phénomène colossal pour BHL, aux implications immenses, est à surveiller scrupuleusement. S’il arrivait que  ces empires ne trouvent plus “en face d’eux, la résistance européenne et américaine, un très mauvais scénario pourrait se dessiner”. Ces cinq empires établis ou en devenir, objets de ces inquiétudes sont en toute logique : la Russie, l’Iran, la Turquie, l’Islamisme radical et, dans un autre registre, le pouvoir commercial chinois.

Sans alternative structurée, nous serions irrémédiablement soumis à des lois et des « considérations » bien différentes que celles que nous connaissons, jusqu’à nouvel ordre donc, en tout cas ici, plus à l’ouest de l’échiquier international. Un seul espoir, mais solide, pour contrer ce mouvement généralisé : “la prospérité générale et une plus juste redistribution des richesses pouvant s’améliorer si ces empires trouvent en face d’eux une sorte de contrôle, et d’équilibre. Et sur ces deux points, les entités les plus efficaces sont encore, pour l’instant, l’Union européenne et les Etats-Unis.”  Pour le philosophe, dans ce jeu féroce et implacable, on ne peut que s’allier à d’autres démocraties, compter sur le Brésil, ou encore l’Inde, pour faire contrepoids.


http://video.cnbc.com/gallery/?video=3000606108


Classés dans :,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>