« Le populisme, c’est la mort des peuples » (BHL à i24NEWS)

« Le populisme, c’est la mort des peuples, la voie vers le déclin, donc vers la mort », a déclaré mercredi soir le philosophe Bernard-Henri Lévy dans l’émission « Conversations avec Anna Cabana », sur i24NEWS.

« Dans chaque peuple, il y a une part de grandeur, mais il y a aussi des tentations de bassesse. Aujourd’hui, la voie du populisme, de la fermeture, du ‘Non à l’Europe’ est la voie de l’abaissement et de la petitesse pour les peuples, » a-t-il affirmé alors que l’Europe fait face à une montée importante des partis d’extrême droite.

Concernant la crise des « Gilets jaunes », l’auteur de « L’empire et les Cinq Rois » soutient que « la souffrance du peuple n’est pas un argument pour casser la République, la tête des policiers, des immigrés, des Juifs et des gays. »

« On n’a pas le droit d’absoudre sous prétexte que l’on souffre », a-t-il lancé à i24NEWS.

Pour le philosophe, « en croisade contre le populisme » avec la tournée de son spectacle « Looking for Europe », la façon de sauver ce qu’il y a de grand chez le peuple français et de l’aider à résister aux grands empires est « la nouvelle Agora de l’Europe où les peuples peuvent se faire entendre. »

Selon le philosophe, les « Gilets jaunes » ont aidé Emmanuel Macron à surmonter la crise « par leur sottise et leur extrémisme », et en répondant à leurs interpellations par un grand débat.

« Il a le goût du contact et il croit en l’intelligence collective », a-t-il ajouté.

Interrogé sur la tribune d’Emmanuel Macron intitulée « Pour une renaissance européenne » et publiée dans les 28 pays de l’UE, Bernard-Henri Lévy estime que le président défend aujourd’hui une ligne politique « réputée impopulaire ».

« Il est apparemment seul, mais on verra au mois de mai, » a-t-il affirmé, saluant toutefois « le courage et la hauteur du chef de l’Etat français ».

« Dès l’élection présidentielle, il a été un des rares candidats à faire de l’Europe un drapeau. Pour lui, le libéralisme n’est pas un gros mot, et dire ‘je suis européen ». Ce n’est pas fréquent. Un homme politique qui a ce courage, je pense que c’est payant, » a-t-il estimé.

Celui qui désire « sauver la princesse Europe » jouera sa pièce de théâtre dans 22 villes et achèvera sa tournée avec deux dates à Paris, à la veille du scrutin des élections européennes.

https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/196578-190306-le-populisme-est-la-mort-des-peuples-bernard-henri-levy-a-i24news

 

 


Classés dans :, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>