La Syrie rebelle, l’autre invitée de Cannes pour la présentation du Serment de Tobrouk, à Cannes (Le Point, 25 mai 2012)

bhl souleimanEn bout de table, deux personnes au visage caché dans le drapeau de leur pays martyr, des lunettes de soleil masquant leur regard. Deux Syriens « dont vous me pardonnerez de ne pas vous donner les noms » et qu’il faut pardonner « de ne pas vous montrer leurs visages », annonce en préambule Bernard-Henri Lévy, l’auteur du Serment de Tobrouk, lors de la conférence de presse très particulière qui a eu lieu ce 25 mai dans le Palais des festivals.

Il ne s’agit pas, explique Bernard-Henri Lévy, de parler du film, puisqu’il raconte « l’histoire unique d’une ingérence réussie ». L’urgence, aujourd’hui, c’est la soeur blessée de la Libye, la Syrie, et cet « autre Benghazi qui s’appelle Homs et pour lequel les avions de l’Otan sont restés cloués au sol ». C’est le sens d’une montée des marches forcément spectaculaire, avec le renfort du GIGN pour assurer la sécurité des participants et sur le tapis rouge des rebelles syriens propulsés en quelques heures de l’enfer sur terre au Palais des festivals.

Ces deux rebelles masqués ont quitté leur pays il y a quelques jours, « prenant des risques inouïs, pour être là ce soir ». Pourquoi courir un tel risque, organiser la collision du glamour et de la politique ? À quelques heures de sa montée des marches, Bernard-Henri Lévy nous répondait : « D’abord pour imposer l’image d’un passage de flambeau des Libyens aux Syriens. » Ensuite parce que l’opposition syrienne elle-même se déchire sur la question d’une intervention occidentale : « Je trouve important que les Syriens voient, ce soir, que la Libye n’a pas été aidée par l’Occident pour des raisons économiques, mais bien par désir d’aider la cause de la liberté. » Enfin, parce que l’expérience de Bosna !, son documentaire de 1994 également présenté à Cannes, avait montré qu' »il arrive à Cannes d’être une chambre d’écho politique puissante ».

Florence Colombani, le Point


Tags : , , , , , , , , ,

Classés dans :,

2 commentaires

  • Pedro dit :

    Bonjour, j’espère que mon commentaire sera publié, car eux que j’ai postés sur laregledujeu sont toujours en attente de validation, et je tiens beaucoup à dire à Bernard-Henri Lévy la profonde admiration que j’ai pour lui. Depuis que j’ai terminé la lecture du magistral « La guerre sans l’aimer », je ressens comme un vide que je suis sûr de combler avec le visionnage de ce beau film, qui confirmera, j’en suis sûr, que BHL est une synthèse moderne entre Sartre et Godard. La masse de ceux qui moquent Bernard-Henri Lévy est ridicule, nous verrons qui, d’eux ou de ce grand homme, laissera un nom dans l’Histoire.

  • HERITEAU Edmée dit :

    Bonsoir Monsieur,

    J’admire votre implication dans ces grandes causes ; néanmoins, pensez-vous que nous puissions, un jour, leur faire ententendre raison. Je suis d’accord avec avous, lorsque vous dites qu’il faut faire intervenir la force. Cela a asssez duré. Nous devons y mettre un terme. Je ne sais pas si vous avez créé une structure d’aide à ces pauvres gmée Mens. J’y adhérerais, si les coordonnées m’en étaient données.

    Dans l’attente de vous lire.

    Edmée HERITEAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>