Capture d’écran 2017-02-08 à 15.41.13

La Bataille de Mossoul, le 4 mars 2017, sur Arte


Un film de Bernard-Henri Lévy (France, 2017, 53 minutes)

Une coproduction : ARTE GEIE, MARGO CINÉMA

 

Ce film commence le 17 octobre 2016, au cœur de la Plaine de Ninive, au premier jour de la bataille pour la libération de Mossoul.

Il s’achève à la mi-janvier 2017, avec la libération complète de la moitié est de la ville et avec la libération, sur le Tigre, de ce haut lieu de mémoire qu’est, pour les trois religions du Livre, le tombeau du Prophète Jonas.

Entre ces deux dates, Bernard-Henri Lévy et son équipe ont multiplié les allers-retours sur le terrain.

Tantôt aux côtés des Kurdes, tantôt accompagnant les forces spéciales irakiennes de la « Golden Division », ils ont été là, sur le théâtre des opérations, à chacune des étapes cruciales de la bataille.

image001

Ils ont filmé les combats et les contre-offensives de Daech ; les traces d’un charnier et des chasseurs de snipers en pleine action ; une émeute de la faim dans un quartier de Mossoul libéré et la détresse des civils transformés en boucliers humains ; ils ont filmé, aussi, le début du retour des Chrétiens sur les terres d’où les barbares de l’Etat islamique les avaient chassés.

Chemin faisant, une question : la libération, prévisible, de Mossoul signifiera-t-elle la défaite définitive de Daech ?

Et une autre : qu’attend la communauté internationale pour reconnaître aux Kurdes l’Etat dont ils rêvent depuis si longtemps et auquel l’ampleur de leurs sacrifices dans le combat commun leur donne, plus que jamais, droit ?

Ce nouveau film pourra se voir comme une sorte d’épilogue de « Peshmerga », le road-movie tourné par Bernard-Henri Lévy, en 2015, le long des mille kilomètres de ligne de front qui séparaient les Kurdes de Daech.

Image7

Bernard-Henri Lévy l’a d’ailleurs réalisé avec les mêmes : son producteur, François Margolin ; ses amis Gilles Hertzog et Aziz Othman ; et les opérateurs Camille Lotteau et Olivier Jacquin qui ont, de nouveau, fait équipe avec Ala Hoshyar Tayyeb, le cadreur blessé de « Peshmerga ».

Mais c’est, aussi, un film à part entière, avec son rythme singulier, sa narration, ses images toutes inédites – et sa façon de retracer, pas à pas, village par village, puis rue par rue et maison par maison, la chute annoncée de la capitale de l’Etat islamique en Irak et foyer numéro 1 du terrorisme mondial.

 

Capture d’écran 2017-02-08 à 15.41.13

 

La bataille de Mossoul, à suivre le 4 mars sur Arte, à 18h35, bande-annonce :

 

 

 

 


Classés dans :, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>