Institut d’Etudes Lévinassiennes

Bernard-Henri Lévy et Benny LévyC’est en 2000 que Benny Lévy fonde l’Institut d’Etudes lévinassiennes en compagnie de Bernard-Henri Lévy et de Alain Finkielkraut.« Qu’est-ce que j’attends de l’Institut d’Études Lévinassiennes », demandera l’auteur de Être juif dans un texte intitulé Levinas et le grec, et repris dans les Cahiers d’études lévinassiennes, en 2005 ? « Que ce soit un Institut de guerim tochavim, un Institut d’étrangéisation du sekhel, de l’intellect ! Qu’est-ce que cela veut dire, « étrangéisation de l’intellect », aujourd’hui ? Cela veut dire : lutte impitoyable contre la doxa, contre l’opinion. Il y a une dictature généralisée de l’opinion, en particulier sous la forme d’une vision politique du monde ; il faut et il suffit d’être étranger à cela pour appartenir à l’esprit même de l’Institut d’Études Lévinassiennes ! C’est tout ! ».

A ce programme, je pense que Bernard-Henri Lévy a souscrit et continue de souscrire. De cette idée d’un lieu, d’une langue, où des juifs d’origine diverse, déchirés dans leur parti d’existence, peuvent coexister, se disputer, s’entendre, mal entendre parfois, mais tenter de sauver les conditions de la parole qui tranche, il fut et reste partie prenante.

De nombreux textes de Bernard-Henri Lévy, des textes importants, ont été conçus et prononcés dans le cadre de l’Institut. J’en cite un certain nombre (liste non exhaustive) : Comment je suis juif (juillet 2003) ; Jean-Paul Sartre et Benny Lévy (avril 2005) ; De Rosenzweig à Levinas : l’Universel comme question (décembre 2006) ; ou, encore, Comment je philosophe (avril 2009).

Liliane Lazar.


Tags : , , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>