« Impeachment », mode d’emploi, par Bernard-Henri Lévy

impeach-trump

Il y a trois façons possibles, pour le peuple américain, de se réveiller du cauchemar Trump.

La méthode Nixon, d’abord. C’est-à-dire le renoncement du président lui-même, lassé par les attaques, redoutant les procédures qu’il voit s’accumuler contre lui, affolé. Est-ce le genre du 45e président des États-Unis ? A-t-il, comme son lointain prédécesseur, assez de disposition à la mélancolie ? Et imagine-t-on ce vieil enfant, compulsif et jouisseur, renoncer sans combattre à ce jouet « bigger than life » qu’est l’exercice du pouvoir dans le pays le plus puissant de la planète ?

L’article 4, ensuite, du 25e amendement de la Constitution. C’est-à-dire l’acte additionnel qui vint, en 1967, fixer la procédure permettant au vice-président de remplacer un président mort ou empêché de gouverner par un problème de santé. Cela avait été le cas, quelques années plus tôt, après l’assassinat de Kennedy. Et l’amendement fut invoqué, quoique sans succès, au moment où il apparut que le président Reagan donnait les premiers signes d’une maladie d’Alzheimer terrifiante. Mais qui ne voit qu’on est loin, ici, de ce cas de figure ? Et si Trump est bien, comme disent ses adversaires, instable, inapte à gouverner, fou, l’est-il davantage aujourd’hui que lorsque le peuple américain l’a élu ?

Reste alors ce fameux impeachment dont on commence de parler, de plus en plus ouvertement, à Washington. Avec – signe des temps – un livre, The Case for Impeachment, signé Allan Lichtman, l’universitaire rendu célèbre par la mise en place d’un modèle prédictif qui lui a permis d’annoncer, sans se tromper, l’élection de tous les présidents américains de Ronald Reagan à Donald Trump…

Qu’est-ce, au juste, que l’impeachment ?

C’est une procédure de destitution qui, soit dit en passant, vise non seulement le président mais tout haut fonctionnaire suspecté de trahison, de corruption ou de tout autre « délit majeur ».

Et c’est une démarche complexe qui se déroule en deux temps : instruction par la Chambre des représentants qui se prononce à la majorité simple sur la recevabilité des charges – puis procès en bonne et due forme devant le Sénat qui a besoin, lui, de la majorité des deux tiers pour prononcer la sentence et provoquer, par conséquent, la démission du président.

Trois raisons, là encore, font douter que, dans le cas de Trump, le processus soit effectivement lancé.

Le rapport de forces, au Sénat, qui supposerait le ralliement d’au moins 19 républicains (il n’y en aurait, à ce jour, et dans le meilleur des cas, que 5).

Le fait que les deux seuls précédents (Andrew Johnson, inculpé, en 1869, pour « abus de pouvoir »… puis Bill Clinton, en 1998, pour parjure, obstruction à la justice, subornation de témoins…) ne sont guère encourageants puisqu’ils se sont conclus, les deux fois, par un acquittement.

Et puis le peu d’envie qu’ont les patrons du Parti démocrate de voir, comme ce serait la règle, l’ultraconservateur Mike Pence prendre la place qu’un Trump déchu laisserait vacante ; bénéficier de l’état de grâce dont ont, chaque fois, bénéficié les vice-présidents propulsés dans le Bureau ovale dans des circonstances exceptionnelles (Lyndon Johnsonaprès Kennedy, Gerald Ford après Nixon) ; et s’installer donc là, non seulement pour le temps de mandat restant à courir, mais pour deux éventuels nouveaux mandats.

Sauf que les temps ont changé depuis Johnson, Ford ou même Clinton et qu’il n’y a, dans les démocraties postmodernes, qu’un patron, et un seul, qui s’appelle l’Opinion et qui ne calcule, lui, pas tout à fait de cette manière.

Acceptera-t-elle longtemps, l’Opinion, de voir sortir, tous les jours ou presque, une preuve supplémentaire des conflits d’intérêts créés par la vente à la Chine, en pleine campagne électorale, de spas, hôtels de luxe et projets immobiliers made in Trump ?

Les liens financiers avec la Russie, les liaisons dangereuses de son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, ou le nombre d’oligarques venant, en 2004, au moment de sa faillite, se substituer aux banques américaines qui le blacklistaient pour, dans un cas, recapitaliser ses sociétés, dans un autre lui avancer la trésorerie nécessaire à la poursuite de ses activités, dans le troisième lui acheter sur plans, au prix fort, les penthouses de ses nouvelles Trump Towers, ne vont-ils pas finir par lasser ?

Et que dire enfin de l’obstruction caractérisée au travail de justice que constitue le renvoi de James Comey, ce directeur du FBI dont la faute semble avoir été de refuser d’exclure la personne même du président de son enquête sur l’implication criminelle du Kremlin dans la campagne de 2016 ?

Une pétition circule, lancée par John Bonifaz, un avocat du Massachusetts, qui a passé le cap du million de signatures.

Les sondages se multiplient, indiquant qu’une majorité d’électeurs seraient favorables à une destitution si la preuve était apportée d’une collusion délictueuse avec Poutine.

Et ils sont en train, ces électeurs, de le dire à leurs représentants qui, bientôt, ne pourront plus l’ignorer sans mettre gravement en péril leur propre réélection.

Le danger, pour Trump, viendra de ces foules qu’il a flattées et qui sont en train de se retourner contre lui.

Il a le visage de cette masse dont il fut amplement démontré, de Platon à Tocqueville, que l’on peut d’autant moins s’y dérober qu’on en a fait, encore une fois, le maître ultime.

Le pire n’est jamais sûr : que la mauvaise «  plèbe  » des populistes redevienne le grand «  peuple  » citoyen américain, et alors c’en sera fait de Donald Trump.


Classés dans :, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>