BHL, sur CNN, défend la position française

BHL SPLITZERThe man who led the world to war in Libya. En français: l’homme qui a mené le monde à la guerre en Libye. C’est ainsi qu’Eliott Spitzer, sur CNN, le 31 mars 2011, présentait Bernard-Henri Lévy. L’hommage est à double tranchant dans une Amérique qui s’interroge de plus en plus sur l’opportunité de cette guerre. Mais cela n’a pas démonté Bhl qui a, posément, modestement, défendu la ligne française ainsi que le rôle joué par Hillary Clinton contre les non-interventionnistes américains. Il a aussi beaucoup insisté sur le fait que cette guerre est le « contraire » de la guerre d’Irak; qu’il ne saurait être question de se substituer aux intéressés pour bâtir à leur place et pour eux une démocratie rêvée; et qu’il appartient au peuple libyen de faire la révolution en Libye.

Liliane Lazar


Tags : , , , , , , , , , ,

Classés dans :

Un commentaire

  • kénéda dit :

    Proposer ou soutenir une guerre n’est pas le rôle d’un philosophe . Les révolutions sont horribles mais cela fait grandir un peuple sauf il est pris par la main au nom de la démocratie pour le rendre au final dépendant de l occident. Ne parlez plus de guerre pour la liberté mr BHL mais de guerre pour des intérêts économiques,diplomatiques et électoraux. je ne suis pas pro Khadafi loin de là mais protéger un partie du peuple pour massacrer l’autre (?). D autres pays bafouent ouvertement les résolutions de l’onu, mais je ne vous apprend rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>