BHL met le Printemps Arabe au générique du Festival (Paris-Match, le 31 mai 2012)

PARIS MATCH BHL SYRIELe symbole de la victoire comme un signe d’espoir envoyé à la résis­tance syrienne. Dix-huit ans après son premier film, « Bosna ! », le philosophe a conçu de A à Z « Le Serment de Tobrouk », un documen­taire à la subjectivité assumée, pré­senté hors compétition à Cannes le 25 mai, en salles le 6 juin. «J’y ra­conte une part des coulisses de la révolte libyenne, la part que j’ai vé­cue.» Celle que ce défenseur du devoir d’ingérence a rendue pos­sible par son entregent et sa pré­sence sur le terrain. La référence, dans le titre, à l’action en Libye des Forces françaises libres en 1941 n’est pas innocente. « Ce film est un hommage à la grandeur française. J’ai voulu montrer que, quand on veut, on peut, que la communauté internationale n’est pas toujours vouée à l’impuissance, que l’enga­gement personnel a du sens et peut être suivi d’effets. Pour un homme qui depuis quarante ans se bat pour des causes finalement perdues, c’est une grande joie de constater que, cette fois, cela a marché. »


Tags : , , , , ,

Classés dans :,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>