Bernard-Henri Lévy, la Tunisie et la Toile : 24h de délire conspirationniste

628Mon Dieu, quel déferlement grotesque de folie. Mon ami Bernard-Henri Lévy part passer 24 heures à Tunis pour y rencontrer de vieux amis libyens et voilà la presse tunisienne qui part dans un délire absurde où BHL apparaît tantôt comme un diable surpuissant, tantôt comme un comploteur animé de noirs desseins contre le pays du jasmin, tantôt comme l’homme qui serait capable à lui tout seul de renverser la jeune démocratie tunisienne.
Peu importe qu’il ait été le premier intellectuel français à soutenir, dès le premier jour, la révolution tunisienne ! Peu importe qu’il ait appelé, à l’époque, à “hacker” les sites officiels de Ben Ali ! Peu importe que la lutte contre l’islamisme radical, le jihadisme, soit le grand combat de sa vie ! C’est tout un délire paranoïaque qui semble s’être emparé de la Toile tunisienne à partir de l’instant où il a, comme n’importe quel touriste, foulé le sol de Tunis.
Cela serait risible si la Tunisie n’était ce pays si important, si beau, et si en pointe dans la bataille pour la liberté dans le monde arabe. En tout cas, au risque de vous décevoir, chers amis tunisiens, je vous le révèle ici avant que Bernard-Henri Lévy, j’imagine, n’y revienne. Sa visite n’avait rien à voir avec la politique tunisienne. Il était là pour parler Libye, je répète: de Libye, avec quelques femmes et hommes dont certains apparaissent sur cette photo, prise en toute transparence, sans complot ni secret, au restaurant d’un hôtel des environs de Tunis qui s’appelle l’Hôtel Résidence.
A la gauche de Lévy, Fadil Lamine, président du Conseil de Dialogue National; Gilles Hertzog, le compagnon de tous les combats; Waheed Burshan, rencontré dans le Djebel Nefousa du temps de la révolution libyenne; et Nouri Cheriou, grande figure des Amazirs. De Tunisie, point n’est question.
Liliane Lazar
(Professeure à Hofstra University, Long Island)


Classés dans :

4 commentaires

  • Aric BOCCARA dit :

    Peut être avez vous (volontairement) oublié de préciser que BHL est juif. Et que son soutien à Israel le rend OBLIGATOIEMENT suspect aux yeux des islamistes de tous bords. Cet incident prouve que la Tunisie bien qu’à l’avant garde des révolutions arabes demeure islamisée et est encore loin d’une démocratie digne de ce nom…

  • Sydney AMIR dit :

    Bonjour Monsieur
    Ce que je constate est que malgre tout ce que vous avez fait et que vous faites, malgre votre aide a certain peuple et a certaines personnes, la seule chose que ces personnes se rappellent est que vous etes Juif.
    Et c’est pour cette raison que bien qu’etant ne a Paris en 1946 de parents qui sont revenus des camps je vis en Israel.
    Cordialement Votre,
    Sydney AMSELEM AMIR
    (Veuillez pardonner mes fautes de Francais).

  • neucktroper dit :

    excusez mes compatriotes de leur ignorence , mais la culture conspirationiste et anti sionisme voire semitisme , nous donne des gens comme cela !

  • kais dit :

    le problème c’est pas la présence de Bernard Henri en Tunisie mais notre fermeture mentale que nous devons briser
    nous avons fait une révolution pour la liberté alors que nous voulons limiter la liberté des autres
    Je suis sûr que si les Tunisiens ne trahissent pas leur pays, personne ne sera en mesure de faire des mauvaises actions
    La prochaine révolution en Tunisie ne sera pas contre la dictature, mais pour la liberté de toutes les personnes y compris Bernard Henri
    pour moi, il peut revenir chez nous. dans une Tunisie libre et accueillante
    au nom de moi-même et de nombreux Tunisiens libres, je présente mes excuses à Bernard Henriet et je souhaite que la prochaine fois il passe un meilleur séjour dans notre beau pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>