Aung San Suu Kyi

Aung San Suu Kyi


Aung San Suu Kyi est la figure de l’opposition non-violente à la dictature militaire en Birmanie ; Prix Nobel de la Paix.

Les dates-clef d’Aung San Suu Kyi

1945 : naissance à Rangoon d’Aung San Suu Kyi, Birmanie.
1947 : mort du général Aung San, son père, leader de la libération birmane, assassiné par ses rivaux.
1964 : Aung San Suu Kyi commence un cursus de philosophie, et de philosophie politique, au St. Hugh’s College d’Oxford.
1972 : Aug San Suu Kyi épouse Michael Aris.
1973 : naissance, à Londres, de son premier enfant.
1977 : naissance, à Oxford, de Kim, du second enfant d’Aung San Suu Kyi.
1988 : retour en Birmanie ; participe à la création de la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND).
1989 : première arrestation de Aung San Suu Kyi.
1990 : la Ligue nationale pour la démocratie (LND), dont elle est la secrétaire générale, remporte les élections générales ; les élections sont annulées par la junte ; Aung San Suu Kyi est mise en résidence surveillée.
1991 : prix Nobel de la paix.
1994 : tournage du film de John Boorman, Rangoon, qui se veut, pour partie, un hommage à Aung San Suu Kyi.
1995 : libération d’Aung San Suu Kyi.
2000 : nouvelle arrestation d’Aung San Suu Kyi.
2001 : U2 crée « Walk On », chanson dédiée à Aung San Suu Kyi.
2002 : nouvelle arrestation.
2003 : Aung San Suu Kyi est emprisonnée à la prison de Insein à Rangoon.
2005 : elle reçoit prix Olof Palme.
2006 : le 20 mai, rencontre avec Ibrahim Gambari, envoyé spécial des Nations unies ; appel de Kofi Annan, secrétaire général des Nations unies, à Than Shwe, au chef de la junte militaire ; le magazine Forbes la classe 47e femme la plus puissante au monde.
2007 : le 14 mai, par une cinquantaine d’anciens dirigeants du monde (Bill Clinton, Jimmy Carter, Jacques Delors) appellent la Birmanie à libérer Aung San Suu Kyi.
2009 : son état de santé est de plus en plus inquiétant ; elle est à nouveau, le 7 mai, placée en détention.

Les oeuvres-clef d’Aung San Suu Kyi

Aung San Suu Kyi, Se libérer de la peur, Édition des Femmes, 1991.
Aung San Suu Kyi, Nationalisme et littérature en Birmanie, Éditions Olizane, 1996.

Citations d’Aung San Suu Kyi

« Ce n’est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur : la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l’exercent, et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime… » (in Libérez-nous de la peur, Édition des Femmes, 1991)
« Dans sa forme la plus insidieuse, la peur prend le masque du bon sens, voire de la sagesse, en condamnant comme insensés, imprudents, inefficaces ou inutiles les petits gestes quotidiens de courage qui aident à préserver respect de soi et dignité humaine. » (Id.)

Citations de Bernard-Henri Lévy sur Aung San Suu Kyi

« Une proposition concrète. C’est ce vendredi 12 octobre que sera décerné le prix Nobel de la paix. Pourquoi ne pas l’attribuer, une seconde fois, à Aung San Suu Kyi, la Dame de Rangoun ? Il y a des précédents. Rien n’y fait obstacle. Rien, aucun usage, n’interdit d’honorer de nouveau l’incarnation de la résistance birmane. Et, pour les généraux qui la séquestrent, quel camouflet ce serait ! quel message ! » (Le Point, 11 octobre 2007).
« Votre avion a su trouver le chemin de Tripoli et de Ndjamena. Pourquoi ne pourrait-il pas trouver celui de l’ambassade de France à Rangoon ? Nous y verrions bien Aung San Suu Kyi, « la Dame de Rangoon », y parler avec vous, dans ce petit coin de France, mais sous les yeux du monde entier. De l’avenir de son pays. De la démocratie. Du bonheur simple, mais essentiel, de respirer après quarante-cinq ans d’étouffement. » (Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, Libération, 28 novembre 2007, texte coécrit avec Pascal Bruckner, André Glucksmann et Christophe Ono-dit-Biot).


Tags : , , , , , , ,

Classés dans :

Les commentaires sont fermés.