Anna Politkovskaïa

Anna Politkovskaïa

Journaliste et militante des droits de l’homme

Les dates-clefs d’Anna Politkovskaïa

30 août 1958  : Naissance à New York d’Anna Mazepa, dans une famille de diplomates (son père travaille notamment à la mission de la RSS d’Ukraine auprès de l’ONU)  .
1980  : Elle termine ses études de journalisme à Moscou et commence à écrire des papiers pour  Izvestia.
1999  : Elle commence à donner des articles à la Novaïa Gazeta, journal d’opposition en ligne, le seul journal russe à rendre compte de la situation en Tchétchénie. Elle se rendra donc, à plusieurs reprises sur les zones de combats en Tchétchénie et, également, dans les camps de réfugiés au Daghestan et  en Ingouchie.
2001  : En février, elle est détenue en Tchéchénie, alors qu’elle y enquête sur les centres de détention de l’armée. Quelques mois plus tard, elle reçoit, par internet, des menaces de mort qui s’avèreront provenir de Sergueï Lapine, un officier de police dont elle a dénoncé les sanglantes « bavures ». Elle se réfugie quelques mois en Autriche.
2002  : Elle reçoit le prix Courage en journalisme remis par l’International Women’s Media Foundation (IWMF) et primée pour ses enquêtes par le Pen Club International – ce qui l’incite à s’engager encore davantage dans l’affaire tchétchène : elle dénonce les milices du Premier ministre tchétchène, Ramzan Kadyrov, et participe aux négociations lors de la prise d’otages par des Tchétchènes au théâtre de la rue Melnikov à Moscou.
2003  : Elle reçoit au Danemark le prix du Journalisme et de la Démocratie, décerné par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE ).
2004  : Elle prévoit de participer également aux négociations qui ont lieu après la prise d’otages de l’école de Beslan, mais elle en est empêchée par une grave maladie suite à un empoisonnement. Ses analyses de sang disparaissent mystérieusement : elles ont été soi-disant « détruites par mégarde ». Anna Politkovskaïa reçoit le prix Olof Palme pour les Droits de l’Homme – prix partagé avec Ludmila Alekseïeva et Sergueï Kovaliov.
2005  : Sergueï Lapine, qui n’a guère été inquiété jusque-là, écope d’onze années de prison.
2006  : Anna Politkovskaïa publie Douloureuse Russie, véritable brûlot anti-Poutine. Le 7 octobre, elle est abattue dans la cage d’escalier de son immeuble, en plein centre de Moscou, de quatre balles de pistolet, alors qu’au même instant 10000 jeunes activistes du mouvement Nachi ( Les Nôtres) défilent, à l’autre bout de la ville, pour célébrer le 55ème anniversaire de Vladimir Poutine, aux cris de « Félicite le Président ! Félicite le pays ! ». Anna Politkovskaïa est la 13ème journaliste victime d’un assassinat de ce type depuis l’arrivée au pouvoir de ce même président.
2009 : Un tribunal militaire acquitte, le 19 février, les quatre suspects arrêtés, dont trois tchétchènes et un officier du FSB.

Les œuvres-clefs d’Anna Politkovskaïa

Les dates sont celles des parutions en France.
Voyage en enfer – Journal de Tchétchénie, trad. Galia Ackerman et Pierre Lorrain, Robert Laffont, 2000
Tchétchénie, le déshonneur russe, préface d’André Glucksmann, trad. Galia Ackerman, Buchet-Chastel, 2003
La Russie selon Poutine, trad. Valérie Dariot, Buchet-Chastel, 2005
Douloureuse Russie – Journal d’une femme en colère, trad. Natalia Rutkevich, sous la direction de Galia Ackerman, Buchet-Chastel, 2006
Qu’ai-je fait ?, trad. Ada et Galia Ackerman, Buchet-Chastel, 2008

Anna Politkovskaïa et Bernard-Henri Lévy

C’est le 12 octobre 2006, c’est-à-dire cinq jours à peine après le meurtre d’Anna Politkovskaïa, que paraît, dans Le Point, le premier article de Bernard-Henri Lévy  sur ce qu’il désigne à chaud comme « une tragédie et un signe ». Une tragédie, parce qu’Anna Politkovskaïa, l’une des rares journalistes indépendantes de son pays, « ce témoin des guerres tchétchènes, ce témoin vivant d’un esprit de dissidence redevenu, comme dans les années Brejnev, le cauchemar du régime », « manquera cruellement à la Russie et au monde ». Un signe, parce que cette mort suspecte s’ajoute à une liste déjà longue d’autres morts suspectes de journalistes, ce qui prouve assez que la Russie ne s’est pas, ainsi qu’elle le prétend, «  rouverte à la démocratie, aux droits de l’homme, à l’information, à la presse libre ». L’année suivante, à la date anniversaire de l’assassinat d’Anna Politkovskaïa, le philosophe accuse cette fois Vladimir Poutine de ne rien faire – loin de là ! – pour « démasquer » le, ou les, assassins. Il réitère son apostrophe au maître de la Russie dans sa contribution à l’ouvrage collectif  Hommage à Anna Politkovskaïa, paru chez Buchet-Chastel, l’éditeur français des textes les plus marquants de la journaliste. Aujourd’hui, en 2012, malgré les multiples réactions, officielles ou non, qui se sont manifestées à travers le monde, malgré les livres et les films, documentaires ou non, qui ont été consacrés à Anna Politkovskaïa, la lumière n’a toujours pas été faite sur l’odieux attentat, et l’on ne sait toujours pas qui en furent le – ou les – bras armés. Quant au commanditaire, s’agit-il d’une personnalité officielle dont Anna Politkovskaïa aurait dénoncé les agissements barbares ? Mais ils sont nombreux ceux-là, depuis celui qui est à la tête même de l’Etat jusqu’à ceux qui, plus bas, ont pu céder à la corruption généralisée, ceux qui ont infligé, dans l’armée russe, des sévices aux jeunes conscrits ou ceux, encore, qu’on appelait les Kadyrovtsi, ces miliciens aux ordres de Ramzan Kadyrov, le Premier ministre tchétchène !

Citations de Bernard-Henri Lévy sur Anna Politkovskaïa

« Un an déjà… Un an qu’Anna Politkovskaïa (…) a été assassinée. Un an que Vladimir Poutine, non content de ne pas bouger, non content de se moquer du monde en feignant de diligenter une enquête que tout indique qu’il  l’a enterrée, non content, en un mot, de ressusciter les vieilles méthodes kagébistes dont il fut, dans sa jeunesse, un bon expert, a le culot , la goujaterie,   l’incroyable cruauté de répéter, chaque fois qu’on l’interroge : «  (Le) meurtre (d’Anna Politkovskaïa) me nuit davantage que ses articles »  – manière de dire aux Occidentaux qu’il font grand cas d’une femme qui n’avait, en réalité,  aucune influence chez elle. » ( Bloc-notes in : Le Point du 11 octobre 2007 )
« L’urgence, maintenant, c’est de ne pas oublier.
Car c’est là-dessus qu’ils comptent, n’est-ce pas ?
C’est là-dessus, sur notre capacité à oublier, à effacer, à passer l’éponge, c’est sur notre terrible propension à tourner la page et passer à autre chose, que comptaient, et comptent encore, les assassins d’Anna Politkovskaïa.
Eh bien justement.
Je ne sais pas qui ils sont, ces assassins.
Je ne connais pas – personne, en fait, ne connaît – le degré d’implication des autorités russes, et de Monsieur Poutine, en particulier, dans ce meurtre, en plein Moscou – c’est-à-dire dans une ville où rien, ou presque rien, ne se fait à l’insu de l’ex-KGB et de ses hommes -, d’une personnalité aussi connue, emblématique et surveillée.
Mais je sais que la dernière arme qui nous reste, c’est de faire mentir, qui qu’ils soient, les assassins.
Mais je sais que le dernier petit, tout petit hommage, que nous puissions encore rendre à cette grande dame de la presse russe et internationale, c’est de refuser de passer à autre chose comme tout, et tout le monde, nous y invite.
Et je sais enfin qu’à l’endroit de cette femme d’honneur et d’exception, à l’endroit de cette apôtre de la vérité qui est tombée en cherchant cette vérité, à l’endroit de cette militante des droits de l’homme qui a vécu et qui est morte, debout, pour que la cause du droit ne soit pas impunément foulée aux pieds et qu’un évènement aussi colossal que la destruction de la ville de Grozny ne soit pas passée aux pertes et profits du siècle qui commence, à l’endroit, donc, de cette héroïne et, à la lettre, de cette martyre, il nous reste un devoir qui s’appelle le devoir de mémoire. » ( Contribution à Hommage à Anna Politkovskaïa, Buchet-Chastel, 2007)


Tags : , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>