Agression antisémite sur le pont Alexandre III à Paris : pour Bernard-Henri Lévy, « cette violence crasse n’est plus supportable »

MARCHE

BHL lors de la marche en mémoire de Mireille Knoll, le 28 mars 2018.

Il était aux alentours de trois heures du matin, dans la nuit du dimanche 2 septembre au lundi 3 septembre, quand un homme traversant le pont Alexandre III a été agressé.

Un scooter est arrivé derrière lui. Le conducteur lui a alors arraché sa chaîne de cou. Voyant le pendentif, en étoile de David, le malfaiteur s’est arrêté pour crier « sale juif« .

C’est alors qu’un deuxième scooter est arrivé. Deux autres personnes en sont descendues et ont roué de coups la victime, coups de pieds, coups de poings, avant de lui faire les poches et de lui dérober son téléphone portable et son portefeuille, puis de prendre la fuite.

La victime, qui souffre de blessures aux bras et aux genoux, a porté plainte.

SOS

Marche en mémoire de Mireille Knoll, le 28 mars 2018.

Bernard-Henri Lévy a dénoncé hier cette agression antisémite et déclaré que « cette violence crasse n’est plus supportable« . « Cette banalité du mal devient abominable« , a-t-il poursuivit sur Twitter, « les larmes de crocodile des faux amis me donnent, d’avance, la nausée. »

 

Capture d’écran 2018-09-04 à 10.11.28

 

L’Union des Etudiants Juifs de France s’est également exprimée dans un communiqué : « Il est inacceptable que les français juifs se sentent en danger parce qu’ils sont juifs et que les antisémites qui les commettent restent impunis ».

UEJF

Marche en mémoire de Mireille Knoll, le 28 mars 2018.

 

Aline LBK Avec AFP


Classés dans :,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>