1994 : Kigali, le dernier génocide? (par Liliane Lazar)

KIGALIBernard-Henri Lévy m’a raconté, un jour, son trouble, en 1994, lors de la guerre de Bosnie, quand il organisait un meeting de soutien aux Sarajéviens assiégés et qu’il se trouvait toujours quelqu’un, à moment donné, au fond de la salle, pour lever la main et dire : « c’est bien joli, votre Bosnie; mais quid du Rwanda? ». Il avait l’impression qu’on lui cassait son meeting. Il avait – tous ses amis avaient – l’impression que les gens mélangeaient tout et que cette confusion ne pouvait avoir pour résultat que la démobilisation des hommes et femmes de volonté, submergés par tant de malheurs et ne sachant plus à quel saint se vouer. Jusqu’au moment où, bien sûr, il dut se rendre à l’évidence: pendant que les Bosniaques mouraient, les Rwandais mouraient aussi et on avait bel et bien affaire, à Kigali, capitale du Rwanda, à un nouveau génocide. A la décharge de Bernard-Henri Lévy, il faut dire plusieurs choses.

1. La cécité fut générale.

2. Cécité pour cécité, il fut parmi les tout premiers, avec son ami André Glucksmann, à prendre la mesure de l’événement.

3. Il fut parmi les tout premiers, avec son ami André Glucksmann, à prendre la mesure de l’événement.

(cf. Le Point, Bloc-notes  (1994) reproduits dans Questions de Principe 5 p. 156 ) :

« Une colère de Wole Soyinka, le grand écrivain nigérian, Prix Nobel de littérature, auquel je n’avais plus parlé depuis notre rencontre à Milan, il y a sept ou huit ans, avec Mario Vargas Llosa. Allez-vous, dit-il à peu près, recommencer, avec le Rwanda, vos erreurs d’analyse sur la Bosnie et, sous prétexte que ce sont des «Blacks », nous refaire le coup de la guerre tribale et de sa sauvagerie sans âge ? La vérité est que si les bourreaux sont bien « Hutus» et les victimes, en majorité, « Tutsis » – elles se retrouvent aussi, ces victimes, du côté des «Hutus modérés » et interdisent de réduire, donc, le massacre à je sais quel affrontement « interethnique». L’affaire, autrement dit, n’est pas tribale, mais politique. Encore, et toujours, politique. Et c’est l’analyse politique qui, sur le. Rwanda, manque le plus.

Manque aussi, bien sûr, le courage. Pas celui, forcément, de s’engager au-delà de ce que nous faisons. Mais celui de dire les choses. Simplement, de les dire et de ne pas se résigner à nos tragiques ou honteuses équivoques. Ces lignes de Bernanos dans Le Chemin de la Croix-des-Âmes. Dieu sait si Bernanos n’est pas de mes auteurs favoris. Mais ce texte, écrit en juin 1941, vaut, mot pour mot, pour aujourd’hui. «L’immense erreur psychologique », dit-il, de ceux qui «dirigent» la France «n’est pas de l’avoir fait capituler », mais «d’avoir voulu, coûte que coûte, justifier la capitulation» – elle est d’avoir donné à cette capitulation «le caractère d’un acte moral, désintéressé, vertueux» et «d’avoir fait approuver cet acte par les professeurs de droit et les archevêques ». Toujours la même histoire: pire que le Mal, la justification, la transfiguration, la sanctification, la dénégation, du Mal. »

Il fut surtout le premier, dans « La pureté dangereuse« , un livre paru dès septembre 1994, c’est-à-dire trèsCOUVERTURE LA PURETE DANGEREUSE vite après l’événement, à lui consacrer un entier chapitre (titre: « Nuit et brouillard au Rwanda« ) et, donc, à le penser.

Il faut relire, aujourd’hui, ce chapitre de  « La pureté dangereuse« . Et on ne peut, si on le relit, que s’émerveiller de la finesse de l’analyse.

Fidèle à son principe qui veut que les génocides puissent, et même doivent, être « comparés » les uns aux autres mais sans que, pour autant, on les « réduise » l’un à l’autre ni les « rabatte » l’un sur l’autre, Lévy disait deux choses. Primo, que la Shoah garde une singularité absolue et une horreur hélas insurpassable. Mais, secundo, qu’en rapprochant de la Shoah ce qui venait de se produire au Rwanda, on en voyait poindre les traits spécifiques et saillants. Parmi ceux-ci: la « vitesse » de la mise à mort; le « record du monde horaire » du génocide. Ou bien: l’absence  de « planification » et même de « chef »; l’image d’un génocide « acéphale » et « décapité ». Ou bien encore: le fait que tous aient trempé dans le crime; que tous, ou presque, y aient mis la main; le fait qu’il y ait eu presque autant de génocideurs que de génocidés et qu’on soit donc en présence d’un cas, unique, d' »autogestion du génocide ».

Bernard-Henri Lévy n’oubliera jamais le génocide du Rwanda. Il y reviendra à de nombreuses reprises: en particulier dans son livre sur les Guerres oubliées, où c’est ce souvenir du Rwanda qui le guida sur les routes du Burundi, de l’Angola ou du sud-Soudan; ou dans « Ce grand cadavre à la renverse » où il y verra le type même de massacre qui, parce qu’il n’entre pas dans les grilles préfabriquées de l’opposition entre « l’Empire » et ses « ennemis », n’intéresse pas la gauche et ses bienpensants.

Plus jamais ça, pour Bernard-Henri Lévy signifie naturellement, d’abord, « plus jamais Auschwitz »; mais, aussi, « plus jamais le Rwanda ».

Liliane Lazar.

Photo 1 : Kigali, Mémorial du génocide rwandais, photographies de victimes affichées sur le mur d’une galerie (c).D.R.


Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>