1980 à nos jours : Cuba, oui. Castro, non! (par Gilles Hertzog)

CUBA 1Cela avait commencé en France, au lendemain de la prise de pouvoir des barbudos castristes, avec la génération des « Cuba, si ! », emmenés par Chris Marker, bientôt relayés sur place par Sartre en personne (Ah, la photo de profil de Jean-Paul, chétif, face à un Che Guevara massif, bottes aux pieds ! Le philosophe mondial et le révolutionnaire internationaliste devisant ensemble, quel symbole, alors ! Mais, quelques décennies plus tard, quel chromo et quelle chimère ! )

Puis vinrent les charters pour la Havane, via Prague, où les Kouchner, Régis Debray et autres enfants prodiges de Saint-Germain-des-Prés allaient participer, machette en main, à la Zafra (la récolte de la canne à sucre, qui mobilisait la jeunesse urbaine aux côtés des paysans collectivisés), tout en rêvant aux seins de pain d’épice des jeunes révolutionnaires cubaines et, last but not least, tous invités, en fin de séjour, à une partie de pêche hemingwayenne couronnée d’un festin de langoustes, par un Castro qui, boulevards du rhum, Puros et « Cuba libre » à l’appui, savait s’y prendre avec les jeunes idéalistes occidentaux burinés par le soleil des campagnes cubaines. Légende d’un révolutionnaire sans frontières comme on en rêvait alors. Nouveau Bolivar face à l’Amérique impériale. Communiste rebelle, épris de liberté, aux antipodes des apparatchiks staliniens de l’époque et fièrement indépendant de Moscou la gâteuse… Venu à dessein trop tard dans ce monde trop pieux, Bernard-Henri Lévy n’aura pas versé dans l’illusion lyrique du socialisme tropical.CUBA 2 CASTRO

Ce furent bientôt, à l’aube des années 80, le combat pour la libération du poète dissident Valladares (où il est juste de préciser qu’il fit alliance avec Régis Debray, alors à l’Elysée). Puis le combat pour Huber Matos, frère d’armes de Castro aux beaux temps de la guerrilla contre Batista dans la Sierra Madre : BHL alla le saluer, au soir de sa vie d’exil, à Miami lors du tournage d’American Vertigo. Puis, les 25, 26 et 27 février 1982, un colloque de la dissidence cubaine se tint à Washington que Bernard-Henri Lévy coprésida et où il se lia d’amitié, d’abord, avec Carlos Franqui et, ensuite (amitié trop brève, car ils allaient l’un et l’autre bientôt mourir du Sida), avec le poète Reinaldo Arenas et le cinéaste Nestor Almendros.

Puis, avec l’aide de Pierre Bergé, mobilisation fut lancée par la Règle du Jeu, via un colloque international tenu à l’Assemblée nationale, pour dénoncer la campagne, toute entière imprégnée de machisme latin, contre les homosexuels à Cuba, accusés de décadence bourgeoise et d’être des contre-révolutionnaires de fait ; accusés de propager le sida, ils étaient mis en masse dans des camps de rééducation pudiquement appelés Unités militaires d’aide à la production.

CUBA 3Il fut souvent question par la suite, sous la plume béhachélienne, des milliers de Balseros fuyant à travers le détroit de Floride vers la liberté, sur des chambres à air de camions, au péril des requins. Il fut question, à l’automne du Patriarche à barbe et vareuse militaire, des exodes des années 90, quand le régime aux abois se décida à ouvrir un peu les vannes. S’y précipitèrent des centaines de milliers de « Gusanos » (les vers de terre « asociaux », en novlangue castriste), votant avec leurs pieds contre la misère et la dictature insulaire.

Fin 2003, une violente campagne d’intimidation est lancée contre les journalistes, les écrivains et les intellectuels dissidents qui osent militer, par leurs écrits ou dans des groupes citoyens, pour un Etat de droit et les libertés publiques. 75 d’entre eux sont emprisonnés et condamnés à de lourdes peines. Une campagne sera lancée à Bruxelles, au printemps 2004, par Robert Ménard, de Reporters sans Frontières, Fernando Arrabal et Lévy, pour que l’Union Européenne gèle ses crédits à Cuba. Aujourd’hui, ces militants de la liberté ont presque tous été libérés. Mais, pour le reste,  Cuba en est toujours, politiquement, économiquement, humainement, au même dramatique point.

Ajoutons pour finir que l’amitié avec Eduardo Manet, l’auteur des Nonnes et de L’ile du lézard vert, exilé à Paris depuis 1968, n’est pas pour rien dans ce parti pris constant d’un anti-castrisme conséquent : CUBA SI, CASTRO NO !

Gilles Hertzog

Gilles Hertzog est le petit-fils de Marcel Cachin, cofondateur du Parti communiste français. Diplômé de Sciences-Po, il a été éditeur pendant vingt ans chez Plon et est aujourd’hui le Directeur de la Publication de la revue La Règle du Jeu, fondée et dirigée par Bernard-Henri Lévy dont il est l’un des très proches.

Photo 1 : Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir avec Che Guevara, Cuba, 1960. (c) D.R.
Photo 2 : Castro avec Huber Matos, 1959.  (c) D.R.
Photo 3 : Avril 2004 : Manifestation, à l’initiative de Reporters sans frontières, Fernando Arrabal et B.H. Lévy devant l’ambassade de Cuba pour protester contre l’arrestation des 75 journalistes, écrivains, intellectuels à Cuba.


Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>